Le marché de l’ERP en France.

Par 30 octobre 2001
Mots-clés : Smart city

Selon une toute nouvelle étude réalisée par Pierre Audoin Conseil intitulée « le marché de l’ERP étendu (enterprise ressource planning) en France 2000-2004 », la pénétration des progiciels de gestio...

Selon une toute nouvelle étude réalisée par Pierre Audoin Conseil
intitulée « le marché de l’ERP étendu (enterprise ressource planning) en
France 2000-2004 », la pénétration des progiciels de gestion intégrés
(Enterprise Ressource Planning) est une tendance lourde de l’industrie
informatique depuis les années 90.
Après s’être consacrés à l’optimisation des processus de l’entreprise au
moyen de leurs modules traditionnels, les systèmes ERP s’intéressent
depuis quelques années à l’optimisation des flux logistiques (SCM), à la
maîtrise de la relation client (CRM), à l’e-commerce, à l’e-procurement,
au product Lifecycle Management, au portail d’entreprise …
Les taux de croissance connus sur le marché de l’ERP avoisinaient les 40 %
jusqu’en 1998. Le ralentissement constaté à partir de la mi 1999 s’est
poursuivi pour les grands comptes jusqu’à la mi 2000 et s’est étalé
jusqu’à la fin de l’année pour les entreprises de 500 salariés et moins.
En 2000, le marché n’a progressé que de 10,8 % pour atteindre, hors
prestations liées à l’infrastructure, 12 840 millions de F. Chaque segment
du marché connaît un sort différent. Le plus marquant est celui de la
taille des entreprises.
Les grand comptes (plus de 2 000 salariés) continent de tirer le marché
des PGI avec des projets classiques (finance, RH …) et des projets de
nouvelles dimensions (CRM, SCM et e-procurement). Les entreprises moyennes
ont connu une croissance plus faible. Les petites entreprises inférieures
à 200 salariés ont, quant à elles, désinvesti en 2000.
PAC prévoit pour la période 2001-2005 la montée en charge des ERP dans les
domaines des nouveaux modules (SCM, CRM …) et les projets liants
étroitement Back Office et Front Office, l’augmentation du taux
d’équipement des petites et moyennes entreprises et une plus forte
pénétration des secteurs services.
La part des nouveaux modules au sein des ventes produits des éditeurs est
passée de 6 à 10 % au 2ème semestre 2000. Cette part devrait atteindre
plus de 27 % en 2004.
SAP possède 36 % du marché des produits d’ERP étendu (modules
traditionnels et nouveaux modules). Son premier concurrent Oracle dispose
d’une part de marché de 9 %. Deux autres éditeurs ont des positions
proches : Peoplesoft 9 % (y compris ex Vantive) et Intentia Consulting (7
%). Contrairement à d’autres éditeurs, ces acteurs enregistrent de fortes
croissances.
De nouveaux produits ont fait leur apparition sur le marché des petites et
moyennes entreprises : comme CCMX début 2000 ou Cegid fin 2000 …
Le marché des entreprises représente près de 80 % du marché de l’ERP. Cap
Gemini Eernst & Young détient 16 % du marché des sociétés de services en
2000 (conseil intégration, hors infrastructure, autour de l’ERP étendu).
Accenture arrive ensuite avec 12 %, suivie d’Unilog 7 %, Price Waterhouse
Coopers 5 %, IBM Global Services et CSC Peat Marwick 4 % chacune,
Atos-Origin et Integris 3 % chacune.
Pour tout renseignement concernant cette étude, vous pouvez contacter Eric
Ménard au 01 56 56 63 22 ou par mèl e.menard@pac-online.com
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 30/10/2001)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas