Marché du disque : le Snep lance une campagne de pub et « un dernier avertissement »

Par 05 mai 2004

La spirale ne s’arrête plus. Après quatre années de baisse consécutive, le marché du disque français affiche une nouvelle chute de 21,4 % pour le 1er trimestre 2004 : 223,6 millions d’euros de...

La spirale ne s’arrête plus. Après quatre années de baisse consécutive, le marché du disque français affiche une nouvelle chute de 21,4 % pour le 1er trimestre 2004 : 223,6 millions d’euros de chiffre d’affaires contre 284,6 millions au 1er trimestre 2003. Hier, lors d’une conférence de presse, le Syndicat national de l’industrie phonographique (Snep) qui regroupe 80 % du marché, a annoncé des mesures pour enrayer cette baisse interminable.D’après eux, la cause est simple. Elle provient du téléchargement gratuit effectué par « l’internaute pirate adepte du peer to peer ». Une campagne nationale de sensibilisation a été lancée aujourd’hui à la télévision et sur un large panel de publications de la presse écrite afin d’endiguer le phénomène. Budget de l’opération ? 20 millions d’euros. De plus, selon Pascal Nègre (PDG Universal Music) une quinzaine de sites de téléchargement légaux seront en ligne d’ici le mois de juin.Si rien de cela n’enraye la crise ? Cette campagne publicitaire marquera un « dernier avertissement avant le dépôt de plaintes contre les internautes » a déclaré le Snep, qui écorne au passage « les fournisseurs d’accès Internet qui vendent la gratuité de nos contenus ». A ce titre, Pascal Nègre a souligné que depuis les plaintes déposées aux Etats-Unis contre les « internautes pirates », les ventes de disques seraient reparties depuis septembre dernier. La punition est-elle vraiment efficace ? Des études relatives à la baisse du téléchargement gratuit suite aux poursuites de la RIAA ont été sujettes à polémique. Inversement, une étude de deux chercheurs des universités Harvard et North Carolina-Chapel Hill a montré qu’il faudrait environ 5000 téléchargements d’un titre pour faire baisser les ventes d’un seul CD dans le commerce ! La RIAA a naturellement contesté cette enquête, basée sur une comparaison entre les téléchargements de 500 albums et leur vente dans le commerce.(Atelier groupe BNP Paribas – 05/05/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas