Le marché européen compte une quarantaine de sites portails.

Par 05 août 1999
Mots-clés : Digital Working, Europe

Selon une étude que vient de publier Forrester Research portant sur le modèle économique des sites portails en Europe, les coûts sont élevés, les pertes assurées et les revenus modestes. Le modèle...

Selon une étude que vient de publier Forrester Research portant sur le
modèle économique des sites portails en Europe, les coûts sont élevés, les
pertes assurées et les revenus modestes. Le modèle américain n'est donc
pas tout à fait reproductible en Europe. Plusieurs raisons sont pour cela
invoquées. Le nombre d'internautes est moins important et une quinzaine
de langues y sont utilisées. De plus, les sites portails sont nombreux à
se partager cette audience variée et disséminée. 43 sites portails sont
recensés par Forrester Research sur le Vieux Continent, allant des
implantations locales des géants américains aux opérateurs de télécoms
(comme Voila pour France Télécom), sans oublier des acteurs locaux comme
Nomade ou Multimania en France. Bien que le taux de pénétration d'Internet
soit relativement modeste, tous cherchent à se créer une audience de
masse.
Selon Forrester, il y a beaucoup trop de portails pour peu d'internautes,
ce qui risque d'entraîner de nombreuses faillites.
Les coûts opérationnels des sites portails nationaux sont estimés pour
cette année à 3 millions de dollars et à 10,6 millions de dollars pour les
multinationales s'implantant en Europe. Alors que les revenus restent
modestes, les coûts devraient s'élever en 2002 à 5 millions de dollars
pour les acteurs locaux et à 17,3 millions pour les multinationales.
L'étude souligne que le marché de la publicité en ligne en Europe devrait
passer de 235 millions de dollars aujourd'hui à 2,8 milliards de dollars
en 2003, soit un tiers du niveau américain, pour dix fois plus d'acteurs
en Europe. Les acteurs nationaux peuvent espérer gagner en 1999 entre 280
000 dollars et 1,6 million de dollars. Les recettes supplémentaires
obtenues par le commerce électronique sont estimées à 24 000 dollars
seulement. Les pertes sont donc prévisibles.
Forrester chiffre les pertes pour cette année à 2,8 millions de dollars
pour les acteurs locaux et jusqu'à 8,1 millions de dollars pour les
multinationales.
L'étude prévoit que les portails français, suédois et britanniques seront
en perte pendant les quatre prochaines années, alors que les sites des
multinationales devraient dégager en Europe leurs premiers bénéfices à
partir de 2002.
La concentration du secteur devrait donc s'accélérer. Forrester ne prévoit
que 17 survivants.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas