Le marché français de la Business Intelligence.

Par 22 juillet 2001
Mots-clés : Smart city

Selon IDC, le marché français des outils décisionnels (revenus dégagés par la vente de licences, les prestations de maintenance et les services associés) a généré en 2000 un chiffre d’affaires de 2...

Selon IDC, le marché français des outils décisionnels (revenus dégagés par
la vente de licences, les prestations de maintenance et les services
associés) a généré en 2000 un chiffre d’affaires de 2 755 millions
d’euros, en hausse de 33,5 % par rapport à 1999 (2 064 millions d’euros).
Trois types d’outils composent le marché du décisionnel:
Les outils de constitutions (ETL) permettant d’extraire les données des
bases de production, de les transformer et de les charger (13,2 % du
total), les outils de restitution désignant l’ensemble des outils utilisés
pour l’analyse multidimensionnelle et relationnelle des données, le
reporting, les outils de requêtes, le DataMining et l’EIS (66,7 %), ainsi
que les outils d’administration des bases de données permettant le
stockage et l’administration des données du DataWarehouse (20,1 %).
Quatre géants se partagent le marché: Business Objects, Cognos, SAS et
Hyperion Solutions. Ils ont généré plus de 42 % de l’ensemble des revenus
licences en 2000, tout comme l’année précédente. Ils interviennent tous
sur le marché de la restitution des données.
IDC prévoit une forte croissance du marché décisionnel français en 2001.
Le secteur industriel ayant permis aux éditeurs de générer 28 % de leurs
chiffres d’affaires licences et les services financiers ayant représenté
27,4 % dominent le marché de la Business Intelligence. Le secteur du
commerce et de la distribution compte pour plus de 14 % des ventes de
licences de Business Intelligence en 2000.
Les secteurs ayant le plus investi dans l’achat de licences CRM sont les
secteurs financiers (plus de 26 % des revenus licences en 2000),
l’industrie (plus de 19 %) et les télécoms (lus de 16 %).
Les dépenses françaises dans le domaine des services en décisionnel
s’élèvent en 2000 à 3 500 millions de F, en hausse de 43,4 %. Les
intégrateurs réalisent près de 75 % des prestations de services associés à
la vente de licences de Business Intelligence en 2000. Les prestations
d’intégration représentent plus de trois quarts des revenus des sociétés
de services.
Le chiffre d’affaires licences CRM a atteint 925,4 millions de F en 2000
(+ 116,4 %). Le nombre d’entreprises disposant d’une application CRM a
doublé entre 1999 et 2000. Le taux d’équipement des grandes entreprises de
plus de 500 salariés est ainsi passé de 13,8 % en 1999 à 31,8 %.
L’ensemble des éditeurs présents sur le marché français des outils de
restitution proposent des fonctionnalités web. La plupart d’entre eux a
intégré les technologies web à leurs outils de références en développant
un module complémentaire. Les portails deviennent aujourd’hui un axe
majeur de communication pour les éditeurs qui mettent en avant les points
suivants: faible coût d’acquisition, rapidité de déploiement de la
solution, facilité d’utilisation, diffusion rapide des informations,
accessibilité et diffusion de masse des informations.
(Christine Weissrock Atelier BNP Paribas 23/07/2001)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas