Le marché français de semi-conducteurs devrait progresser en 2000.

Par 17 mars 2000
Mots-clés : Smart city, Europe

Selon le Syndicat des industries de tubes électroniques et semi-conducteurs (Sitelesc), le secteur des semi-conducteurs en France a réalisé en 1999 un chiffre d'affaires de 25,9 milliards de F, en h...

Selon le Syndicat des industries de tubes électroniques et
semi-conducteurs (Sitelesc), le secteur des semi-conducteurs en France a
réalisé en 1999 un chiffre d'affaires de 25,9 milliards de F, en hausse de
9 % (2,1 milliards de F et + 11 % hors tubes électroniques).
Pour 2000, les prévisions de croissance sont d'environ 25 % au niveau
mondial et la progression du marché pourrait même atteindre 30 % en
France, selon Jean-Claude Vasuth, président du Sitelesc et directeur
général adjoint de ST Microelectronics France.
Les télécommunications (34 % des ventes totales), l'informatique et
l'électronique automobile sont les principaux moteurs de la croissance du
marché des "puces" électroniques.
Comptant 17 000 salariés en 1999, la profession devrait accroître ses
effectifs cette année d'environ 5 à 6 %.
Le marché mondial des semi-conducteurs devrait également connaître une
forte croissance dans les années à venir.
Selon les prévisions du World Semiconductor Trade Statistics (WSTC), le
marché mondial devrait doubler au cours des cinq prochaines années pour
atteindre en 2004 près de 314 milliards de dollars. Sur cette période,
selon l'association professionnelle américaine, les réseaux, l'audio et la
vidéo numérique, les mobiles et les applications multimédias pour
l'automobile devraient connaître les plus fortes croissances et générer
près de 53 % du marché en 2004, contre 40 % pour les marchés traditionnels
et 7 % pour les marchés émergeants, comme les jeux électroniques.
(Christine Weissrock - Atelier Paribas 17/03/2000)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas