Le marché français des logiciels et des services autour de l’ERP 2002-2006

Par 20 juin 2002
Mots-clés : Smart city

Selon une étude réalisée par IDC, l’ensemble des revenus des éditeurs d’ERP s’élève à 1 011 millions d’euros sur le marché français en 2001. Le marché total croît de 12,9 % en 2001, après avoir ...

Selon une étude réalisée par IDC, l’ensemble des revenus des éditeurs d’ERP s’élève à 1 011 millions d’euros sur le marché français en 2001. Le marché total croît de 12,9 % en 2001, après avoir enregistré une baisse en 2000 de plus de 10 points par rapport à 1999. Le tassement des ventes au 2ème semestre, période traditionnellement la plus forte dans l’activité des éditeurs, ainsi que la saturation du marché sur les modules traditionnels des suites ERP, ont pénalisé l’activité totale des éditeurs en 2001. Bien que très peu de projets aient été annulés, les éditeurs ont dû faire face à de multiples reports de projets. Les projets maintenus ont été réduits, les sociétés françaises préférant s’engager dans des projets rapidement fonctionnels. Au cours des deux dernières années, deux phénomènes ont modifié le paysage traditionnel de l’ERP : d’une part, l’élargissement vers les partenaires, fournisseurs et clients du champ fonctionnel des processus de gestion pris en compte dans le cadre des suites intégrées ERP, d’autre part, l’entrée dans l’univers des ERP d’éditeurs venus du monde de l’édition de solutions Standalone. Actuellement 8 éditeurs majeurs représentent près de 80 % de l’activité totale des éditeurs. Ils réalisent ensemble une croissance licence de 17,7 %, soit une augmentation près d’une fois et demi supérieure à celle du marché. Comme les années précédentes, l’industrie est restée en 2001 le principal client des éditeurs de progiciels ERP. Ce secteur a absorbé plus de la moitié du marché des revenus licences. Les entreprises industrielles et principalement l’industrie pharmaceutique, malgré le ralentissement de l’économie française, ont maintenu leurs investissements en solutions ERP à un rythme plus élevé que celui du marché. Ayant vu leur capacité d’investissement nettement réduite, les entreprises du secteur des télécoms ont limité leurs achats en solutions ERP. Les entreprises financières, demeurées frileuses début 2001, ont maintenu leurs achats en solutions ERP à un rythme cependant moins élevé que celui du marché. En revanche, les entreprises du secteur des services aux entreprises ainsi que celles du commerce de gros et détail ont investi massivement en achat de solutions ERP en 2001. Le marché de l’ERP, axé à l’origine sur le segment des grands comptes, se démocratise aujourd’hui. Les entreprises de taille modeste ont massivement fait appel en 2001 aux solutions ERP, du fait, notamment, de la disponibilité d’offres intégrées adaptées à leurs tailles. Selon IDC, cette tendance devrait se poursuivre et se renforcer sur le moyen terme à mesure qu’elles entreront dans l’ère de la gestion collaborative. A l’heure actuelle, IDC constate en effet que très peu d’entreprises du Mid Market, sont engagées dans une démarche vers l’e-business, demeurant en 2001 une problématique de grands comptes. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 20/06/2002)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas