Le marché informatique australien tiré par le cloud computing

Par 15 janvier 2010
Mots-clés : Smart city

Guidées par le besoin de faire des économies, les entreprises plébisciteront les solutions hébergées dans les nuages en 2010.

L'engouement pour des solutions de cloud computing tirera le marché des services technologiques australien en 2010, rapporte IDC dans un rapport dédié aux changements à venir sur le secteur informatique dans le pays. La raison ? Selon le cabinet, elle est à imputer à un intérêt des entreprises pour des services découlant de la virtualisation des serveurs et de l'optimisation des datacenter. Et ce, à un moment où ces dernières veulent à la fois consolider leurs infrastructures et réduire leurs dépenses. C'est en effet le besoin de faire des économies qui va d'abord stimuler la croissance de la demande en solutions externalisées.
Du "pay-per-use" et une flexibilité de l'utilisation
En 2009, année considérée comme celle de l'essor du cloud, les professionnels se sont rendus aussi compte que de tels services étaient faciles à déployer, ajoute IDC. Le modèle du "pay-per-use" contribue également à leur attractivité. L'autre moteur de cette croissance, c'est l'engouement que connaîtront les petites et moyennes entreprises pour les services dans les nuages. D'ailleurs, IDC prévoit une importante concurrence entre les fournisseurs de services pour s'imposer sur le marché des PME. Autre chose : les questions liées à la sécurité des services hébergés sera pour les directeurs des systèmes d'information le principal frein à leur adoption.
Engouement pour les services 2.0 en entreprises
Du coup, le cabinet prévoit qu'une telle préoccupation profitera aux fournisseurs proposant des offres intégrées qui assurent sécurité du réseau et des messages, et protègent du déni de service. Parmi les autres tendances, IDC estime que le web 2.0 redéfinira les solutions de services clients. Le cabinet souligne la tendance qu'ont les jeunes internautes à se rendre directement sur les réseaux sociaux pour demander un support technique ou pour obtenir un retour de la marque. Selon le cabinet, cette communication collaborative s'étendra aussi à des services liés à la gouvernance, la sécurité et à la conduite de projets dans les entreprises.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas