Le marché mobile polonais en plein essor

Par 23 décembre 2011
Mots-clés : Digital Working, Europe
poland mobile

Alors qu'en Pologne, le nombre de souscriptions mobiles croit rapidement, trois opérateurs dominent le marché. Une situation difficile pour les nouveaux arrivants qui souhaitent se faire une place.

Le marché des télécommunications se porte bien en Pologne. En 2014, le pays devrait compter 50 millions de souscriptions mobiles, contre 46,6 millions fin 2010, selon un récent rapport d'IDATE. Avec un taux de pénétration de 121,3% (sur une base de 38,4 millions d'habitants), la Pologne se place en septième position sur les vingt-sept états de l'Union Européenne. Cet essor favorise également l'adoption de l'Internet mobile avec plus de 2,8 millions d'utilisateurs, qui vient ainsi renforcer les services fixes existants. Globalement, les analystes observent une légère diminution des souscriptions téléphoniques classiques, en termes de revenus et de consommateurs par rapport à l'année précédente.

Un marché dominé par trois acteurs historiques

Dans les deux ans à venir, les opérateurs polonais devraient surtout se concentrer sur l'installation de réseaux de nouvelle génération, en tentant de couvrir l'ensemble des territoires habités. Trois d'entre eux se partagent déjà 90% du marché mobile (Orange, PTC et Polkomtel) en profitant de l'expérience et des offres phares de leurs compagnies mères respectives (France Telecom, Deutsche Telecom et Vodafone, même si depuis, Polkomtel a été racheté par le milliardaire polonais Zygmunt Solorz-Zak). Outre ces acteurs historiques, le pays compte également depuis 2007 un quatrième opérateur, P4, qui tarde à s'imposer.

Un nouvel opérateur en danger

Contrairement à ses concurrents, P4 a choisi d'adopter une politique commerciale agressive en proposant des tarifs attractifs (mobiles prépayés notamment), adressant ainsi une base d'utilisateurs moins aisés. Financé en grande partie par la China Development Bank, P4 ne repose que sur un seul fournisseur d'équipements réseaux (Huawei) et se trouve dans une situation plutôt inconfortable selon l’IDATE. A l'image des nouveaux opérateurs arrivants sur un marché mature (comme Yogio en Espagne ou Free Mobile en France), P4 pâtit de la petite taille de ses infrastructures réseaux, et ce malgré quelques accords avec des partenaires locaux comme Polkomtel.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas