Quand les marketeurs perçoivent l'émotion des clients

Par 10 janvier 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

Les capteurs en réseaux sont désormais capables de traduire des données physiologiques en émotion. Ce, même en situation de mobilité. Les possibilités de développement au niveau marketing et industriel sont nombreuses.

Des réseaux de capteurs intégrés dans des systèmes de communication sans-fil permettent d'identifier l'émotion et de la transmettre. Ces systèmes proposent de capturer plusieurs paramètres physiologiques concernant l'individu comme sa température, sa fréquence cardiaque ou l'activité de ses glandes sudoripares. Des informations ensuite analysées par un serveur et traduites en émotion. Selon les acteurs de ce projet d'envergure européenne baptisé eSense, l'un des principaux intérêts du dispositif est sa mobilité. Les capteurs peuvent en effet être intégrés à un téléphone portable. De tels systèmes annoncent la mise en place de nombreuses applications, pour mieux gérer des situations d'urgence – un changement physiologique brutal alertant les services d'ambulance – mais surtout au niveau commercial et industriel. En permettant notamment l'envoi de publicités ultra-personnalisées selon l'état d'esprit d'un individu ou certaines données physiologiques laissant présager ses goûts.
L'informatique devient intelligente et autonome
Ou pour informer une personne de la présence d'individus partageant les mêmes goûts qu'elle dans les environs. Reste à savoir si une vie complètement connectée et transparente sera du goût de tous. Le système devrait également trouver sa place dans le domaine du loisir. "Nous pouvons mesurer les sensations d'une personne en train de faire du ski, en enregistrant son accélération, sa vitesse, son excitation. Autant de données que nous pouvons enregistrer et transmettre à ses amis pour qu'ils partagent la même expérience", explique Laurent Hérault, coordinateur d'eSense. Le moyen de transmission de cette émotion à un tiers n'est cependant pas précisé. Le projet représente d'importantes avancées au niveau du déploiement d'environnements d'Intelligence Ambiante, ou d'objets en réseau intelligents et autonomes. En effet, les capteurs sont composés de matériaux à basse consommation et l'architecture de système réalisée par les chercheurs, eStack, s'adapte à tous les appareils et scénarii d'utilisation.
Des capteurs pour ressentir le web
Autant de démarches visant à encourager le déploiement de ces réseaux intelligents dans les dispositifs mobiles.De plus, outre leur capacité à percevoir le sentiment, les systèmes de communications sans-fil intégrant des capteurs peuvent également capturer des données relatives à l'environnement dans lequel ils sont déployés. Au niveau industriel, de telles applications permettront d'améliorer le suivi de la chaîne de production en insérant des capteurs à toutes les étapes, sur les produits et les hommes. Le tout, relié à un serveur central. Plusieurs entreprises européennes mais également des entreprises comme IBM, Fujitsu, Nokia Siemens Network ou EADS ont participé au projet. Celui-ci, élaboré dans le cadre du programme EU's FP6, est parvenu au terme de sa phase de développement fin 2007. Un nouveau cadre de recherche s'apprête à lui succéder : Sensei. Il aura pour principal but d'intégrer ces réseaux de capteurs au cœur du web. "Nous sommes persuadés que dans le futur, la plupart des recherches effectuées sur Internet concerneront des informations issues de capteurs", conclut Laurent Hérault.

L'Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas