Le marketing en ligne se présente comme une alternative à l'achat d'argent virtuel

Par 12 mars 2010
Mots-clés : Smart city

Répondre à un sondage ou regarder un clip publicitaire contre de l'argent virtuel. Les joueurs en ligne préfèrent cette alternative à l'utilisation de moyens de paiements plus classiques.

Plus de la moitié des joueurs en ligne se déclarent enclins à se plier à une opération marketing, comme répondre à une enquête ou regarder une vidéo. Et ce, pour obtenir de la monnaie virtuelle en rapport avec le jeu en ligne auquel ils s'adonnent. C'est ce qui ressort d'un sondage réalisé par comScore. Par comparaison, ils sont à peine plus de 20 % à être prêts à mettre de leur poche pour en obtenir. Un phénomène qui ne surprend pas Marc Tirel, directeur associé d'In Principo : "Ce sont des personnes qui passent beaucoup de temps sur Internet. Cela les dérangera moins de répondre à ce type d'initiatives que de dépenser de l'argent réel", explique-t-il à L'Atelier.
Explorer d'autres manières de gagner de l'argent virtuel
Offerpal Media, qui présentait les chiffres de l'étude lors d'une conférence, explique que les développeurs de jeux en ligne sont avides de méthodes de paiement alternatives au liquide. "La plupart ont beaucoup de difficultés à monétiser leurs applications auprès de ne serait-ce que 3 % de leurs utilisateurs", explique l'entreprise. Pour Marc Tirel, il est donc naturel d'explorer d'autres voies pour gagner de la monnaie virtuelle. Selon lui, de telles initiatives auront de toute façon l'avantage d'éduquer les internautes à l'utilisation de l'argent virtuel. "Les vertus pédagogiques sont intéressantes", affirme-il. "A travers le jeu on apprend à se servir de monnaies alternatives".
Les micros-tâches sont rémunérées virtuellement
Là aussi, on les obtient par un biais différent de celui du système financier traditionnel. D'après les chiffres d'Offerpal Media, en plus des actions marketing les joueurs seraient aussi prêts à accomplir de micro tâches comme tagger des photos ou relire un document. Une possibilité qui ne se limite pas au jeu, comme il le rappelle. "Les Miles qu'on utilise pour commander des voyages ou des nuits d'hôtel, les cartes à point des supermarchés, sont aussi des monnaies virtuelles". Les conclusions de l'enquête sont cependant à prendre avec précaution puisque l'entreprise s'est spécialisée dans la monétisation de l'argent virtuel.   

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas