Le marketing local s'oriente de plus en plus vers le online

Par 26 décembre 2011
Mots-clés : Future of Retail, Europe
coupons

Géolocaliser les consommateurs permet de personnaliser la relation avec ses clients, notamment en proposant des publicités très ciblées. Cette nouvelle approche risque bien de mener vers une mutation du marché publicitaire.

Pour mettre en place un marketing local personnalisé, l'entreprise AdCloud propose de géolocaliser précisément les utilisateurs, sans pour autant devoir rompre l'anonymat de ce dernier. La technologie mise au point se nomme Net Acuity Edge. D'autres solutions du même genre existent déjà, mais "leurs dispositifs, basés sur les infrastructures de routage, ne peuvent fournir une localisation très précise" explique AdCloud. Or, en combinant les données fournies par le réseau avec celles obtenues via des partenaires commerciaux locaux, il devient possible d'affiner la localisation d’un consommateur jusqu'à un code postal.

Le marketing local au centre des préoccupations des marques

Avec l'essor des ordiphones, ce thème du marketing online local et personnalisé s'affirme de plus en plus comme un enjeu majeur des années à venir. L'article publié dans nos pages il y a quelques jours de cela, et centré sur le géo-fencing, le démontre. De fait, derrière l'ensemble des méthodes existantes, une seule logique prévaut : attirer un consommateur vers une boutique présente dans son environnement local. Une tendance souligné par le niveau de dépense des services marketing dans l'approche localisée, et dont les montants devraient doubler d’ici à 2015 selon une étude BIA/Kelsey.

Une mutation profonde du secteur de la publicité

D'un point de vue plus global, lorsque l'on tente d'appréhender les implications sur le marché publicitaire dans son ensemble, l'on se rend compte que ce dernier pourrait bien subir de nombreuses évolutions. De fait, des solutions géolocalisées plus précises, outre les avantages qu'elles procureront aux grands groupes (mises en perspective dans un autre article de l'Atelier), pourraient permettre à de petits commerçants de se lancer dans la publicité en ligne, via une campagne à moins grande échelle, et donc moins coûteuse. A terme, cela pourrait même constituer une menace conséquente pour la presse écrite locale, qui tire traditionnellement ses revenus de cette publicité à l'échelle du quartier ou de la ville. Un glissement de marché qui expliquerait alors la croissance de presque 18% de la publicité en ligne en 2012, par rapport aux 14 millions d’euros investis en 2011 par les entreprises en Europe. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas