"La maturité numérique est un facteur de performance pour les entreprises"

Par 16 novembre 2012 1 commentaire
Patrick Ferraris - Capgemini

Si peu d'entreprises ont encore entrepris leur transformation digitale, celles qui l'ont fait récoltent les fruits de leurs efforts.

Interview de Patrick Ferraris, Directeur Associé Senior chez Capgemini Consulting. Rencontré à l'occasion de l'événement Mobile, Social & Big Data organisé par l'EBG à Paris, il présentait les résultats d'une étude* menée conjointement par Cagemini et le MIT Slogan Management.

L'Atelier : On parle de l'obligation des entreprises à se tourner vers le digital pour rester compétitives et innovantes. Qu'en est-il réellement de celles qui ont réalisé cette mue?

Patrick Ferraris : Nous avons constaté que les entreprises ayant accompli leur transformation digitale ont une réelle supériorité sur les autres. Nous avons identifié quatre niveaux de maturité, qui sont une combinaison de l'intensité digitale, c'est-à-dire l'usage par l'entreprise des technologies et l'intensité du processus de transformation. L'un de ces niveaux appelé "Digirati" dans l'étude est considéré comme leader digital, pour les entreprises qui ont su tirer le meilleur parti de leur transformation digitale. Celles-ci seraient 26% plus performantes que la moyenne de leur industrie et se révèleraient mieux valorisées de 12% par les marchés financiers. Mais l'étude nous montre aussi que tous les leaders partageraient un même ADN digital.

Qu'est-ce que l'ADN Digital ? Y a-t-il une recette miracle pour faire parti des leaders du numérique ?

On trouve dans l'ADN Digital des entreprises étudiées une excellence du pilotage de la transformation, une implication du management, le partage d'une vision, une implication de tous les départements et la gouvernance. Un autre point commun entre ces entreprises, c'est la volonté de devenir l'entreprise référente. Par exemple, le référent dans l'univers du luxe et l'expérience client aujourd'hui, c'est Burberry. Elle a investi pendant cinq ans sur ses points de vente, sur le web, sur le social, sur le mobile. Mais aujourd'hui, la communication dans les médias et le marketing ne suffisent plus. Il faut aller au-delà et passer par la transformation en profondeur du business model. Tous les leaders du digital que nous avons étudiés ont attaqué ce sujet-là. Ces entreprises offrent de nouveaux services et adressent de nouveaux marchés avec le digital mais cela ne veut pas dire qu'elles renoncent à leur business model historique. Elles ont réussi à trouver un équilibre.

Quelles industries sont considérées comme leader en matière de digital ?

Les résultats de l'étude montre qu'il y a trois secteurs d'activités qui sont leaders dans le digital : la high-tech (38%), la banque (35%) et l'assurance (33%). Pourquoi sont-ils plus performants que les autres aujourd'hui ? On constate un phénomène de maturité moyenne d'un secteur d'activité, mais que les trois secteurs leaders ont été poussés à effectuer leur transformation digitale par des jeux concurrentiels, un environnement évolutif mais aussi les attentes spécifiques des consommateurs. Certaines industries n'ont donc pas eu le choix et ont déjà fait un saut important dans les technologies. A contrario, les entreprises manufacturières (12%) ont été moins touchées par le digital. C'est un secteur BtoB plus éloigné du consommateur, avec des jeux concurrentiels différents et donc  elles se sont moins transformées. Toutefois, il existe des leaders du digital dans chacune des industries.

*Capgemini Consulting, MIT Sloan Management, The Digital Advantage : How digital leaders outperform their peers in every industry

Haut de page

1 Commentaire

Les quatre degrés de maturité, ça ressemble fort à l'analyse déjà ancienne proposée par Chaffeys.

Du réchauffé sauce consulting ?

Soumis par Guillaume (non vérifié) - le 16 novembre 2012 à 14h08

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas