MAX 4G : le premier smartphone WiMAX sera russe

Par 29 décembre 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

Le taïwanais HTC et l'opérateur Scartel lancent le MAX 4G, le premier smartphone compatible avec un réseau WiMax. Cet appareil sera commercialisé uniquement en Russie.

Les russes pourront bientôt apprécier le premier smartphone sous Windows Mobile 6.1 compatible avec les réseaux WiMax*. Le réseau WiMax Mobile Yota permet une connexion à haut débit par voie hertzienne. "Nous croyons vraiment que ces services innovants, l’accès Internet en haut débit et le HTC MAX 4G vont révolutionner l’industrie des communications, comme l’introduction des téléphones cellulaires l’avait fait il y a dix ans," déclare Denis Sverdlov, Directeur Général de Yota (Scartel). L'appareil reste également compatible avec les réseaux GSM, GPRS et EDGE. À cela s’ajoute un récepteur GPS et A-GPS. En ce qui concerne la connexion sans fil, l’utilisateur se verra offrir la possibilité d’opter, au choix, pour Bluetooth, Wi-Fi, WIMAX et bien d'autres.
Un smartphone petit, design et performant
Le Max 4G devrait, en partie, reprendre les spécificités techniques du HTC Touch HD telles que le grand écran tactile TFT LCD de 3,8 pouces, doté d’une résolution WVGA (800 x 480 pixels). S'y ajoutent une capacité de mémoire de 8 Go et une autonomie améliorée grâce à la nouvelle batterie Li-Po qui autorise une autonomie en communication de sept heures en GSM et de quatre heures en voix sur IP. Autre particularité de ce smartphone : il intègrera deux appareils photo, l’un de 5 mégapixels avec autofocus prévu pour prendre de vraies photos, l’autre de seulement 0,3 mégapixels placé sur la façade et dédié à la visioconférence. Pour le divertissement il dispose entre autres de la radio FM et d’une sortie TV en haute définition. Et le tout, dans un format petit et léger.
La France n'est pas encore prête pour le WiMAX
Scartel, créé en 2007 pour fournir des services Internet sans fil à haut débit fondés sur la norme WiMAX, a déployé son réseau dans la bande de fréquences 2,5 à 2,7 GHz à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Les deux villes devraient être le point de départ du projet de l'opérateur qui compte progressivement étendre son réseau à toute la Russie. D’ici la fin 2008, ce réseau devrait être accessible à plus de 20 millions de personnes. En revanche, la France n'est pas encore prête pour un aménagement numérique du territoire. Un rapport de l'Arcep** révèle qu'aucun opérateur français n’est encore capable de gérer cette nouvelle norme. La nouvelle échéance pour la finalisation du déploiement du réseau WiMax est prévue pour décembre 2010.
* Worldwide Interoperability for Microwave Access
** Autorité de régulation des communications électroniques et des postes

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas