Pour Medappcare, la popularité des applications santé passe par leur organisation

Par 14 juin 2012 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, Europe
Medappcare

La plate-forme souhaite améliore la visibilité des modules liés à la santé et au bien-être en proposant un classement par ergonomie, utilité, genre, etc.

 

Si les applications de santé mobile se multiplient rapidement, elles ne sont pas toujours accessibles. Soit parce qu'elles sont mal classées, soit parce qu'un utilisateur potentiel ne sait pas si elles sont vraiment utiles. C'est donc sur ce constat que s'est développé Medappcare, un comparateur en ligne spécialisé dans les applications de santé au sens large, à la fois de bien-être et médicales. Cette plate-forme devrait en effet "permettre au patient ou au grand public de choisir une application de santé qui aura été testée au préalable, et donc évaluée", explique à L'Atelier David Sainati, co-fondateur et Directeur Général de Medappcare. Ou en proposer une à l'essai. L'organisation que se propose d'apporter Medappcare dans sa future version - puisque la plate-forme en est encore à l'état de projet en développement - financée grâce à la publicité et à l'affiliation repose sur deux principes.
 

De l'avis des autres 

Le premier est d'évaluer ces applications. "A l'heure actuelle, il y a encore peu d'applications qui ont été testées par moi-même", explique David Sainati. Ceci dit, "l'idée est de faire participer aussi bien les utilisateurs que les associations de patients ou les professionnels de santé", ajoute t-il. Pourquoi ? Simplement parce que le meilleur moyen d'avoir une application efficace est d'avoir l'avis de celles et ceux qui l'ont testée, d'où la possibilité, par le classement en fonction du vote, de mettre les meilleures applications en avant. Et donc d'ajouter de l'interaction entre les différentes catégories d'utilisateurs puisque l'avis ou le vote des uns influencera le choix des autres. Le second, enfin, est qu'il est difficile, sur les bibliothèques d'applications, de trouver ce dont l'utilisateur a besoin vu que les applications ne sont pas classées.
 

Des catégories plus fines

Ce qui nécessite de repenser la classification des applications grâce à des catégories plus fines comme le régime ou encore le diabète. Loin d'être une fonction gadget, cela permettrait également, selon le co-fondateur, "d'améliorer la confiance qu'ont des utilisateurs potentiels dans ces applications puisque voir défiler dans une bibliothèque des applications sérieuses et d'autres moins sérieuses peuvent ôter l'envie de les utiliser". A noter que Medappcare est actuellement en phase de migration et qu'il repose sur le projet applisanté de David Sainati. Selon son fondateur, le but de la plate-forme est de s'adresser à un large public, des patients au grand public en fonction de l'objet de l'application, mais aussi aux professionnels de santé et à l'industrie. Par ailleurs, l'application sera disponible pour Apple et Android. 

Haut de page

1 Commentaire

pourquoi aucune application sur le diabète ?et vous ne voyez que par les tablettes et Smartphones , et internet par l'ordinateur de la maison? donné des informations
ASSOCIATION DIABETE 18 CHER

Soumis par chaubard (non vérifié) - le 29 juin 2013 à 13h31

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas