Les médecins américains sont-ils prêts à passer à l'ordonnance électronique ?

Par 11 décembre 2008

L'université de Purdue développe un modèle capable de prédire le succès du système de prescription informatisé chez les médecins. Le but : anticiper les résultats d'un projet pilote lancé aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis lanceront à partir de début 2009 un projet pilote fédéral qui vise à encourager la délivrance d'ordonnances informatisées. Une initiative qui a poussé une équipe de l'université de Purdue à développer un modèle capable de prédire le taux moyen d'adoption de la prescription électronique par les praticiens. Le système analyse et classe automatiquement plusieurs sources de données, comme le niveau d'équipement technologique des médecins, mais aussi certaines caractéristiques organisationnelles et humaines qui pourraient influencer un professionnel et l'encourager à s'équiper des solutions nécessaires à la prescription d'ordonnances électroniques.
Les trois quarts des pharmacies déjà prêtes
"Moins de 20 % des médecins utilisent pour le moment ces solutions, alors que près des trois quarts des pharmacies ont les infrastructures nécessaires à leur réception et leur traitement", explique Vincent Duffy, professeur d'informatique industrielle au Discovery Park's Regenstrief Center for Healthcare Engineering. L'initiative de l'université de Purdue est loin d'être anodine. En cas de résultats peu encourageants, elle permettra de réfléchir plus rapidement à la mise en place de solutions incitatives et de plans d'information. Certaines existent déjà : les médecins qui accepteront de passer à l'ordonnance électronique recevront une rétribution supplémentaire. Ce bonus représentera 2 % de leurs revenus jusqu'en 2010, puis 1 % jusqu'en 2012 et enfin 0,5 % en 2013, année à laquelle l'expérimentation arrivera à terme.
Diminuer les erreurs médicales
"Ce programme bonus qui encourage la prescription à distance rendra le système plus efficace, notamment en réduisant le nombre d'erreurs médicales", ajoute Vincent Duffy. "Quand on sait que trois milliards d'ordonnances sont faites chaque année, autant dire que cette mesure aura un impact significatif sur la santé aux Etats-Unis". Selon l'Institut de médecine, près d'1,5 million d'Américains sont en effet victimes chaque année de troubles suite à une mauvaise médication. Des erreurs souvent causées par une incompréhension de l'ordonnance calligraphiée ou par une interaction entre deux ordonnances, rédigées par des praticiens différents. La prescription électronique, qui permettra au pharmacien d'avoir sous les yeux l'ensemble des traitements suivis, réduira ce taux d'erreurs.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas