Les médecins recommandent enfin la m-santé, mais pour son aspect administratif

Par 19 mars 2013 1 commentaire
Santé

Le regard porté sur la m-santé, marché qui devrait atteindre 1,7 milliard d’utilisateurs dans le monde d’ici 2017, est, contrairement à l'année dernière, de plus en plus positif du côté du corps médical.

Si l'année dernière L'Atelier constatait l'adoption massive de la m-santé par les consommateurs, les médecins restaient, quant-à-eux, particulièrement réticents à ce type de technologies puisque seuls 27% d'entre eux les proposaient à leurs patients. Pourtant, les outils de m-santé, de plus en plus nombreux, devraient permettre d'économiser plus de 500 milliards de dollars au cours des dix prochaines années. Cette année la donne semble toutefois avoir changé puisque une étude menée par eClinicalWorks (fournisseur de Dossiers Electroniques de Santé, ou DES) semble indiquer qu'une écrasante majorité de médecins est désireuse d'augmenter l’application de la technologie mobile dans la santé, en particulier du point de vue du gain de temps administratif.

Faciliter les tâches administratives

Ainsi, les médecins acceptent de plus en plus l'idée que les données déclarées par les utilisateurs via ces applications de m-santé peuvent être utiles à la fois pour le diagnostic, la surveillance et le traitement des patients. D'ailleurs, 93% d’entre eux déclarent que la connexion des dossiers médicaux aux applications de m-santé serait bénéfique aux patients et à leurs soins de santé. L’étude établit également une liste de souhaits de développement des fonctionnalités des applications de m-santé. La possibilité d'envoyer des rappels et des alertes aux patients se trouve en tête de liste. S’ensuit la possibilité pour les patients d'accéder à leur dossier médical  à partir d'appareils mobiles, leur permettant d’effectuer plus rapidement les tâches administratives et améliorer les processus de prise de rendez-vous, ou encore de suivi de leurs remboursements. Les soins préventifs, la surveillance du diabète, la gestion du poids, et l'observance du traitement sont d’autres fonctionnalités également abordés.

L’engagement des patients est nécessaire

Ainsi, l'étude révèle que près de 89% des 650 médecins interrogés affirment qu’ils recommanderont une application de m-santé à leurs patients dans le futur. Toutefois, "pour pouvoir transformer les soins de santé, il faut que les patients soient engagés", rappelle Girish Kumar Navani, PDG et co-fondateur de eClinicalWorks. Chose qui n'est en effet pas encore gagné, selon l'étude, puisque celle-ci revient sur le fait que les patients s’impliquent davantage dans leur santé uniquement s’ils font confiance à la source d’où provient l'information. L'important serait donc, avant tout, de leur montrer que les applications de m-santé vont leur permettre d’avoir accès à davantage d’informations et ils pourront donc prendre de meilleures décisions concernant leur santé.

 

 

 

 

 

Haut de page

1 Commentaire

Oui on peut voir le CHU la Timone à Marseille utiliser le SMS avec satisfaction. Dans le service de Cardiologie interventionnelle, les Docteurs Jacques Quilici et Thomas Cuisset utilisent nos systèmes d’envois de SMS avec les malades depuis plus d’un an avec succès. Plus d'info sur le site de l'éditeur CLEVER Technologies

Soumis par melwynn - le 20 mars 2013 à 13h15

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas