Les médias collaboratifs, plus influençables que les médias traditionnels ?

Par 08 novembre 2011 1 commentaire
media

Sites sociaux et d'informations tendent à relayer les informations de façon assez neutre. Dans certains cas cependant, les premiers ont tendance à s'influencer les uns les autres.

En ligne, les médias sociaux (blogs, réseaux sociaux, microblogging) ne seraient pas plus subjectifs que les médias dits traditionnels (journaux, chaîne d'infos...) dans leur relais de l'information. Mais les premiers tendent à s'influencer les uns les autres, phénomène que l'on retrouverait bien moins dans le cas des seconds. C'est en substance ce qui ressort d'une étude menée par Yu-Ru Lin, James P. Bargow et David Lazer, de l'université de Boston. Pour mener à bien cette étude, les trois chercheurs se sont intéressés à un sujet politique, à savoir la couverture médiatique du 111ème Congrès des Etats-Unis, et plus précisément de ses membres (nombre de mentions pour chacun d'entre eux, et origines de ces mentions).

En temps normal, les sites sociaux ne sont pas spécialement subjectifs

Et il est apparu que si certains modérateurs de blogs ou de wiki tendaient évidemment à relayer des informations qui corroboraient leurs points de vue, les sites concernés n'étaient pas plus nombreux que les journaux pris en flagrant délit de "subjectivité". Il est toutefois important de souligner que cette similitude apparente n'est valable que lorsque l'on se situe en dehors d'une période électorale, ou de remous politiques importants (scandale, guerre...) Durant ces dernières, un phénomène fait en effet son apparition, qui s'apparente selon les chercheurs à un "écho", imputable à la grande quantité d'informations alors relayée par les média sociaux.

Les média sociaux relaient l'information

C'est à dire que ces derniers, bien plus sensibles aux évènements extérieurs, tendent à s'influencer les uns les autres, et rompent ainsi l'équilibre alors en place. Une favorisation de l'un ou l'autre des partis peut alors être constatée, qui est beaucoup moins présente sur les  médias de masse. Selon les chercheurs, cet état de fait démontre une différence dans le mode de sélection de l'information, entre les média traditionnels et les média sociaux, les uns récoltant l'information à sa source, et les autres pratiquant souvent la republication, en tant que maillon de la chaîne sociale.

Haut de page

1 Commentaire

C'est le principe du buzz, de la viralité, qui s'opère effectivement davantage sur les médias sociaux que les médias traditionnels.

Soumis par François Nautré (non vérifié) - le 15 novembre 2011 à 16h05

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas