Les médias sociaux bénéfiques aux commerçants

Par 17 mars 2010
Mots-clés : Future of Retail

Les sites collaboratifs - et plus particulièrement ceux mobiles - sont un outil de compétitivité pour les détaillants. Mais cette visibilité doit être contrôlée pour être véritablement efficace.

Réseaux sociaux, outils de micro-blogging, blogs ou encore sites de comparaison de prix ne doivent pas être négligés par les commerçants et autres détaillants, rappelle IDC dans une étude dédiée à la stratégie d'utilisation des médias sociaux pour ce type d'entreprises. Selon le cabinet, ces différents outils 2.0 représentent un véritable outil de compétitivité pour les compagnies. Et ce, quelle que soit leur taille, PME comme grands comptes. Pourquoi ? Parce qu'ils permettent d'améliorer l'image de la marque, de mieux étudier les demandes du consommateur et de mieux le comprendre, mais aussi de le fidéliser et de l'engager plus facilement à consommer ses produits. Selon le cabinet, cette présence devient d'autant plus urgente que les smartphones se popularisent.
Renforcer le lien entre le commerçant et le consommateur
Et par extension les outils sociaux sur mobile. Pour IDC, cette généralisation permettra notamment de joindre le consommateur sur le lieu d'achat. Et de réduire la tendance qui encourage les individus à se renseigner en ligne sur des sites comparatifs et communautaires avant d'aller acheter dans des enseignes "physiques". A ce sujet, Maxence Cupper, spécialiste en e-marketing pour l’agence IDWEAVER, nuance. "Avec le marketing mobile, les détaillants devront faire attention à ne pas être trop intrusifs", explique-t-il. Et le consultant d'encourager la généralisation d'applications de géolocalisation qui inscrivent l'utilisateur dans une démarche active.Reste que pour que cette présence sur les médias sociaux soit couronnée de succès, il est nécessaire de suivre plusieurs règles.
Ne pas imposer l'information
Selon IDC, les entreprises doivent veiller à laisser le contrôle à l'internaute et à ne pas lui imposer l'information. "Il faut adopter une approche affective avec le consommateur. En lui distribuant des données exclusives, des promotions…", note Maxence Cupper. Autre pré-requis : celui d'alimenter en permanence ces pages et d'être réactif."La présence sur les réseaux sociaux nécessite un investissement régulier", souligne à ce sujet le consultant en e-marketing. "La communauté doit être animée en permanence". IDC souligne que les entreprises ne doivent pas chercher simplement à attirer une clientèle dans leur stratégie e-marketing mais aussi apprendre à écouter leurs clients. "Le succès d’une bonne communication web tient avant tout au suivi et à l’engagement que l’on fournit à son public", conclut Maxence Cupper.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas