MeDS : une solution intelligente d'anonymisation du patient

Par 29 septembre 2008

Deux instituts de recherche présentent un logiciel qui efface les informations personnelles dans les dossiers médicaux confiés à la recherche. Celui-ci est plus précis et détecte les noms mal orthographiés.

Pour garantir la confidentialité des données médicales des patients aux Etats-Unis, il existe un cadre légal : HIPAA, voté en 1996. Seul problème : celui-ci empêche en partie les scientifiques de faire avancer leurs recherches sur de nouveaux médicaments. Au Regenstrief Institute, on pense détenir une réponse : le logiciel qu'il a mis au point avec l'Indiana University School of Medecine efface automatiquement toutes les données susceptibles d'identifier un patient. Rien de nouveau à première vue : le système sur lequel travaille le MIT propose le même service. Mais, estime Jeff Friedlin, responsable du projet, "comparé aux travaux qui ont déjà été menés, notre programme est plus précis et couvre un champ plus large".
Détecter les noms mal orthographié
Le système, baptisé Medical De-identification System (MeDS), identifie et élimine les données sujettes à précaution, ainsi que les rapports qui accompagnent les résultats de laboratoires et de radio. Autre fonction intéressante : il est capable de détecter si le nom du patient a été mal orthographié, et donc de supprimer également du dossier ces mauvaises déclinaisons. Ce processus est encore balbutiant, et supprime parfois des informations importantes mais à l'orthographe proche de celle du nom du patient - comme "red" (rouge) qui est proche de Reed par exemple. Cependant, souligne Jeff Friedlin, "il est préférable de prendre le risque de perdre quelques données plutôt que de mettre la barre trop bas et de laisser des données personnelles dans les dossier".
Une solution testée
Dernière chose, et qui est apparemment une première, MeDS insère un symbole à la place de chaque élément supprimé, afin que le chercheur puisse savoir exactement où se trouvent les informations supprimées. Et qu'il ne risque pas de mal interpréter une donnée. A noter : la nature de ce qui a été enlevé n'est pas indiquée. Le dispositif d'anonymisation a été testé sur le Regenstrief Medical Record System, qui regroupe trente cinq ans de dossiers médicaux. Les résultats de cet essai ne sont pas disponibles. Aucune information n'a non plus été donnée sur une date de disponibilité éventuelle du dispositif.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas