Même les petits bugs pénalisent l'entreprise

Par 12 septembre 2008
Mots-clés : Digital Working

Outre le fait d'agacer ses utilisateurs, un réseau informatique qui fonctionne mal est une perte de temps et d'argent. Un fait avéré, que les entreprises ne prennent pourtant pas encore assez au sérieux.

Ecrans gelés, sabliers interminables, litanie de messages d'erreur : autant de bugs quotidiens qui peuvent venir troubler l'employé devant son ordinateur. Mais ces incidents informatiques sont surtout un véritable problème pour la productivité d'une entreprise, et peuvent faire perdre un temps précieux aux salariés. Une étude menée par Dimension Data, fournisseur de services, intitulée "Network Performance Frustration Research Report" met le doigt sur ce point. Il semblerait en effet qu'un tiers des responsables informatiques des entreprises ainsi que des utilisateurs finaux se plaignent de fréquents crashs informatiques ou de la lenteur du fonctionnement des logiciels et applications. Or ces incidents causent chaque année une perte de 3,8 millions de dollars aux sociétés concernées.
Une négligence encore trop importante
Et empêchent les employés de travailler trois jours par an, si l'on cumule le temps perdu par ces derniers à attendre les remises à jour des réseaux et logiciels incriminés. De plus, le rapport révèle que ces problèmes sont souvent négligés par les responsables informatiques. Ils sont en effet 20 % à ne pas intégrer les performances de leur réseau dans le calcul de leur retour sur investissement. En fait, plus d'un cinquième des responsables ne calculent pas du tout leur retour sur investissement. "Sans avoir la possibilité d'analyser ce type de données, une entreprise risque grandement de ne pouvoir quantifier des pertes et coûts pourtant considérables dans son budget", commente Gary Middleton, business development manager chez Dimension Data. "Et pourtant, le retour sur investissement dans ce type de cas, à savoir pour analyser les performances d'un réseau, est facile à calculer".
Pénaliser le travail des employés
L'étude rapporte d'autres tendances jugées inquiétantes. Ainsi seul un petit tiers des directeurs de départements informatiques disposent d'un procédé complet à suivre en cas de problème informatique. Près de la moitié d'entre eux ne considère pas l'infrastructure réseau comme un budget de fond, et ils sont un sur cinq à penser que ce n'est pas un pôle de dépense primordial pour leur société. "Si les employés ne peuvent pas avoir accès, même momentanément, à certaines applications ou technologies, ils vont avoir tendance à terme à ne plus se tourner vers ces outils, pourtant essentiels à l'entreprise", déplore Gary Middleton. Il incite donc les entreprises à accorder plus d'importance au fonctionnement effectif de leur réseau et de leurs applications, afin que les salariés en tire les bénéfices potentiels.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas