Même s'il sait mieux calculer qu'un cerveau humain et traiter rapidement d'importants volumes de données, l'ordinateur ne sait toujours pas

Par 03 février 1999
Mots-clés : Smart city

interpréter la lecture des textes. Le seul intérêt de l'informatique tient, dans la plupart des applications, de sa capacité à traiter d'importants volumes de données dans des temps records. Il fau...

interpréter la lecture des textes.
Le seul intérêt de l'informatique tient, dans la plupart des applications,
de sa capacité à traiter d'importants volumes de données dans des temps
records. Il faut donc "entrer" les données dans la mémoire de l'ordinateur
pour tirer parti de cette caractéristique.
Le recensement auquel l'Insee va procéder dans quelques mois exploitera
une nouvelle technologie de saisie des données, la lecture automatique, y
compris de l'écriture manuscrite. Grâce à la numérisation des
questionnaires et à la lecture automatique par l'ordinateur, l'Insee va
pouvoir produire les premiers résultats de ce recensement avec 6 à 9 mois
d'avance par rapport aux recensements précédents.
Sachez que le prochain recensement des Français représentera 640 tonnes de
papier transportés par 240 camions. 90 millions de questionnaires seront
distribués, soit 220 millions de pages A4, 500 000 pages seront numérisées
chaque jour.
Le marché français de la lecture automatique de documents (LAD), logiciels
et service de mise en oeuvre, est évalué en 1998 à 8,4 millions d'euros.
Sa croissance annuelle est supérieure à 30 %.
Le marché mondial des technologies documentaires devrait passer de 13,9
milliards de dollars en 1998 à 33 milliards de dollars en 2000. Sur 5 ans,
ce marché a connu une progression moyenne annuelle de 19,4 %.
Les banques et les régies de transport sont les premiers clients de la
lecture numérique et de la numérisation, marché en pleine croissance.
Plus le volume d'informations numériques augmente, plus il est difficile
d'y accéder. Ce paradoxe est en partie résolu par l'indexation.
Apple a développé un outil pour l'indexation, la recherche et le résumé
de textes baptisé Sherlock, diffusé depuis octobre dernier. Il fonctionne
aussi bien sur le réseau Internet, les serveurs de l'entreprise que sur le
disque dur du Macintosh.
(Dossier de trois pages - La Tribune - 03/02/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas