Mensonges à géométrie variable entre CV en ligne et traditionnels

Par 02 mars 2012 2 commentaires
CV papier et stylo

Sur leur curriculum vitae, les étudiants mentent. Mais ils ne le font pas de la même façon sur un profil de réseau social tel LinkedIn que sur un CV papier. Car sur le premier, les mensonges sont plus facilement repérables.

En moyenne, le curriculum vitae lut par un service des ressources humaines comporte 2,93 mensonges. Pour se faire une meilleure idée d'un candidat, les recruteurs doivent-ils alors jeter un œil à son CV posté ligne ? A priori, oui, selon une étude menée par des chercheurs* de l'université de Cornell (Etat de New York). Les auteurs ont demandé à 123 étudiants en communication de rédiger leurs CV papier et en ligne pour comprendre comment des réseaux sociaux tels que LinkedIn influencent les mensonges qu'on y trouve. Au final, les différences sont très légères, le nombre de mensonges ne varie pas de manière significative sous l'effet du caractère public du CV en ligne. Ce qui varie nettement, en revanche, c'est le type de mensonge. Le responsable du recrutement doit donc veiller à l'honnêteté d'un profil en fonction du type de CV auquel il est confronté.

La partie du profil où l'on ment le plus

Il est par exemple plus courant de mentir sur ses expériences et ses responsabilités professionnelles sur un curriculum vitae hors-ligne (0,25 mensonges de ce type en moyenne) que sur un réseau social public (0,17 mensonges). L'utilisateur de réseaux sociaux à vocation professionnelle préfèrera, lui, mentir sur ses centres d'intérêts avec 0,11 mensonges contre 0,2 mensonges sur les CV traditionnels. Pourquoi ? Parce que sur les réseaux sociaux, où l'on est relié à bon nombre de personnes suceptibles d'avoir passé quelques temps dans les mêmes entreprises que soi, le mensonge relatif à son expérience professionnelle peut être plus facilement détecté.

Mentir un peu, beaucoup, passionnément

Autre critère étudié par les chercheurs américains: l'importance du mensonge. En effet, sur les CV traditionnels hors-ligne, les participants à l'étude ont inclus des exagérations de la réalité à hauteur de 1,60 mensonge, des mensonges dits "radicaux" (0,81 mensonges), c'est-à-dire très différents de la réalité, et des mensonges plus subtils à hauteur de 0,48 mensonges. Cette tendance se retrouve dans les CV électroniques, mais de manière légèrement moins importante en ce qui concerne les mensonges radicaux (0,7 mensonges) et plus importante en ce qui concerne les exagérations (1,71 mensonges). Pour aboutir à ces résultats, les chercheurs ont demandé aux étudiants de rédiger un CV pour un poste à pourvoir et promis une récompense à celui qui aurait rédigé la candidature la plus appropriée.

*Jamie Guillory et Jeff Hancock

Haut de page

2 Commentaires

Une moyenne de 3 mensonges, c'est énorme !!! j'imagine que cela doit être assez variables en fonction des pays, où les références sont plus ou moins vérifiées.

Soumis par CV en ligne (non vérifié) - le 05 mars 2012 à 11h29

c un plaisir de vous lire. j'aimee

Soumis par cv (non vérifié) - le 24 mai 2012 à 11h46

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas