Métiers du design numérique : webdesigners plébiscités, salaires inégaux

Par 09 décembre 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

Le site designers interactifs dresse un portrait du professionnel type : un webdesigner homme, âgé de 26 à 30 ans, et au salaire soumis à d'importantes variables. Une dernière constatation qui fait débat dans la profession.

Les webdesigners, directeurs artistiques interactifs et chefs de projet sont les stars des métiers du design numérique. La conclusion est tirée par l'association designers interactifs, qui diffuse les résultats de sa deuxième enquête réalisée auprès de plus de deux mille professionnels du secteur. Et l'étude conforte, à quelques différences près, les conclusions dressées par la précédente édition : même si des disparités conséquentes subsistent dans les tranches de salaire et que les augmentations se font rares, les sondés semblent satisfaits de leur métier. A titre d'exemple, les salaires peuvent varier de 18 k€ à 45 k€ au sein d’un même domaine. Les salariés n’expriment pas non plus le désir de changer d’employeur dans les prochains mois. Autre observation, moins positive celle-ci : certaines expertises, comme le design sonore, sont encore trop peu représentées.
Le portrait robot du design numérique 2008
Un manque de repères stables sur la valorisation des expertises apparaît également dans l’étude. Enfin, la profession reste peu féminisée, avec seulement un tiers de femmes. Evoluer professionnellement s’avère être la préoccupation principale et devance le désir de suivre les évolutions technologiques. Une importance moindre est accordée à la liberté de création et la professionnalisation du design numérique. Pour finir dans les chiffres, l’expérience moyenne des travailleurs est de cinq à dix ans, la durée moyenne des heures travaillées par semaine de 43,5h (la moyenne nationale est à 37,9h ) et le poste occupé de courte durée. Enfin, en 2008 le travail freelance a progressé, mais une majorité des designers travaille toujours dans des agences de moins de dix salariés. A noter : l'étude a suscité de vives réactions au sein de la profession. Certains espèrent ainsi qu'elle ne deviendra pas un référentiel des tarifs des prestations.
C’est une étude et non un référentiel des tarifs
Y est reproché le faible nombre de sondés et, par là même, l’approximation des grilles de salaire. De plus, le salaire n’est pas calculé par région, alors que le tarif varie considérablement entre la capitale et la province. Pour sa défense, l’association indique que, le nombre de réponses étant signalé, les chiffres doivent être relativisés. Il s’agit donc plus de fournir un ordre d’idées qu’une étude statistique détaillée et objective. À cet indicateur des métiers s’ajoute des travaux menés par les pays anglo-saxons comme l’Aquent Survey of Design Salaries 2008 (étude des salaires et des tendances des métiers de la communication incluant la Création, le Digital et le Marketing avec une visibilité en France, en Europe et dans le monde), Design Salary Survey de Coroflot, ou encore l’Information Architecture Institute Salary Survey. Il faut noter, qu’à l’inverse de l’étude d’Aquent, cette enquête a été réalisée auprès des travailleurs du web et non auprès des RH et Managers.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas