Le micro-blogging ne va pas encore sans gratuité

Par 27 juillet 2010

Si les internautes sont friands de sites tels que Twitter aux Etats-Unis, ils en revendiquent une utilisation gratuite et se montrent réticents à payer pour de tels services. A choisir, ils privilégient la publicité.

Si de plus en plus de personnes aux Etats-Unis adoptent les médias sociaux et passent au micro-blogging - en utilisant des sites tels que Twitter -, ce plébiscite est grandement lié au caractère gratuit du service proposé, indique l'USC Annemberg dans son rapport annuel sur le futur du numérique (digital future study). Près d'un internaute sur deux affirme ainsi avoir déjà utilisé un site de micro-blogging gratuit. Mais le pourcentage de personnes disposées à mettre la main à la poche pour ce type de service s'est avéré nul, selon le rapport. A la question de savoir s'ils auraient utilisé un site tel que Twitter dans le cas où la plate-forme aurait été payante, aucun internaute n'a répondu par la positive.
La publicité : une alternative acceptable
"Twitter ne compte pas faire payer ses membres, mais ces résultats illustrent, si besoin était, le problème central qui consiste à faire accepter à des utilisateurs d'un service en ligne le passage du gratuit au payant", affirme Jeffrey Cole, responsable de l'étude. Plus de la moitié des personnes interrogées précise que la publicité peut s'avérer un mal nécessaire - et qu'elle est préférable à une inscription payante. "Les utilisateurs expriment un sentiment négatif fort contre la publicité en ligne, mais continuent d'accepter les contenus marketing comme une alternative à un service payant", précise le responsable. D'autant plus si ceux-ci correspondent au profil des utilisateurs : l'étude note ainsi que les Américains sont de plus en plus enclins à effectuer des achats sur Internet.
Le e-commerce se développe
Deux tiers des internautes affirment ainsi acheter des produits en ligne, aux Etats-Unis, pour une moyenne de plus de 35 achats par an. Près de 60 % des internautes interrogés indiquent acheter des livres ou des vêtements sur la Toile. Puis viennent les cadeaux, les voyages, les appareils électroniques, les vidéos, les logiciels et les jeux. A noter : plus largement, les Américains sont de plus en plus nombreux à se connecter au web. Plus de 80 % d'entre eux sont ainsi des internautes réguliers, avec un temps passé sur le net qui atteint désormais 19 heures par semaine.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas