Microsoft inquiet après le rachat de DoubleClick par Google

Par 17 avril 2007
Mots-clés : Future of Retail, Europe

Alors que Google vient d'annoncer l'acquisition de la régie publicitaire en ligne DoubleClick pour 3.1 milliards de dollars, Microsoft a relayé sous la forme d'un communiqué les propos de Brad Smith, vice président et conseiller...

Alors que Google vient d'annoncer l'acquisition de la régie publicitaire en ligne DoubleClick pour 3.1 milliards de dollars, Microsoft a relayé sous la forme d'un communiqué les propos de Brad Smith, vice président et conseiller général chez Microsoft, appelant à la vigilance des autorités américaines de la concurrence. Selon la firme de Redmond, ce contrat entre les deux grands distributeurs en ligne de publicité pourrait nuire à la concurrence sur le marché. Mauvais perdant ou véritable menace?
 
Pour Brad Smith, "cette perspective de rachat pose de sérieux problèmes en termes de respect de la concurrence mais également de la vie privée des internautes en donnant au couple Google/DoubleClick un contrôle sans précédent sur le domaine de la publicité en ligne et en lui offrant un accès à une immense base de données informatives relative aux internautes via le traçage de leur comportement. Nous estimons que cette fusion mérite un examen minutieux des autorités de régulation compétentes en la matière afin de préserver la concurrence dans le marché de la publicité en ligne".
 
Ces accusations, en provenance d'une firme faisant l'objet de nombreuses enquêtes pour abus de position dominante, notamment en Europe, doivent-elles être prises au sérieux? Il faut dire que DoubleClick, qui compte à son actif plus de 1 500 clients parmi lesquels AOL et MySpace, propose, à l'instar de Google, le ciblage de l'internaute.
 
La société collecte ainsi des données socio-démographiques sur les utilisateurs, et donne la possibilité à ses clients de se tenir informés de l'impact de leur campagne et des moyens de rendre celle-ci plus pertinente. Autant de pratiques qui alimentent les craintes sur l'émergence d'un Big Brother de la publicité sur Internet…
 
Chez Google, on se veut rassurant. Eric Schmidt, le p-dg de Google, a ainsi déclaré lors d'une conférence de presse relayée par 01net : "Chez Google, nous sommes engagés dans le respect de la vie privée, autant celle des annonceurs que celle concernant les données récoltées".
 
Aux autorités américaines de la concurrence, maintenant, de trancher...
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 17/04/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas