Microsoft Kinect utilisé pour détecter les cancers

Par 23 décembre 2015 1 commentaire
Microsoft Kinect couplé à la fluorescence pour détecter les cancers

Des chercheurs du MIT ont développé un système d’imagerie médicale reposant sur l’utilisation de capteurs à bas coût dont le Kinect de Microsoft, ce qui permettrait de remplacer un équipement de laboratoire extrêmement coûteux.

Des chercheurs du MIT ont développé un système d’imagerie biomédicale basé sur l’utilisation de capteurs de profondeur présents dans la technologie Kinect de Microsoft et le principe de fluorescence, avec pour principales applications le séquençage ADN et le diagnostic avancé de cancers. Ce qui constitue un progrès à la fois pour la recherche et pour les pratiques cliniques.

« Nous démontrons qu’il est possible d’utiliser les outils d’imagerie commercialisés [auprès du grand public] tel les capteurs de profondeur pour réaliser de l’imagerie biomédicale plus ou moins de la même manière qu’un microscope le fait », explique Ayush Bhandari, membre du projet de recherche dans le communiqué de presse. Le système ne nécessiterait donc que quelques centaines de dollars. Une belle économie alors que les équipements d’imagerie peuvent représenter aujourd’hui un coût de plus de 100 000 dollars. Les géants technologiques poussent donc bel et bien les portes des laboratoires et centre de soins, Google en chef de file.

La coloration de  ces images révèle des informations sur 6 des 50 fréquences lumineuses que le système d’imagerie créé par les chercheurs est capable d’analyser (Crédits MIT)

Les couleurs correspondent à des informations spécifiques, révélées par les fréquences lumineuses (au nombre de 6 ici, le système d’imagerie créé par les chercheurs étant capable d’en analyser 50 (Crédits MIT)

Récemment, les travaux d’une enseignante chercheuse du MIT, Sangeeta Bhatia, venait démontrer une fois de plus notre capacité à établir aujourd’hui des diagnostics plus précis, plus rapides et bien moins coûteux grâce à la technologie. Cette dernière a en effet créé un dispositif reposant sur des nanoparticules à même de détecter des tumeurs difficilement repérables. En effet, un simple test d’urine permettrait de prouver la présence de cellules cancéreuses, les nanoparticules produisant un certain type d’enzimes à leur contact.

Haut de page

1 Commentaire

Ce qui veut dire que même sans protection sociale on pourra être soigné. Excellente nouvelle :-)

Soumis par Jeanjean (non vérifié) - le 07 janvier 2016 à 15h44

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas