Microsoft lance le Zune aux Etats-Unis: un danger pour l'iPod?

Par 15 novembre 2006

Plusieurs mois après sa présentation, le baladeur numérique de Microsoft, le Zune, est enfin sorti officiellement le 14 novembre outre-Atlantique. Avec son nouveau produit doté de nombreuses...

Plusieurs mois après sa présentation, le baladeur numérique de Microsoft, le Zune, est enfin sorti officiellement le 14 novembre outre-Atlantique. Avec son nouveau produit doté de nombreuses fonctionnalités, Microsoft, qui entre dans le secteur de la musique, espère une chose : détrôner l'iPod.
 
Pour son lancement, Microsoft a fait les choses en grand : Bill Gates est monté sur la scène de Westlake Park à Seattle pour présenter son produit, des concerts gratuits sont prévus, comme ceux de Queens of the Stone Age ou des Red Hot Chili Peppers.
 

Le Zune ressemble étrangement à l'iPod,
mais proposera quelques services inédits
 
Pour l'éditeur de logiciels, le Zune correspond à la politique de diversification dans le divertissement et les médias entamée par la firme de Redmond avec la sortie de la console de jeu Xbox.
 
Plus encore, il représente pour Microsoft, en retard sur le marché de la musique et des appareils mobiles, la possibilité de concurrencer le leader du secteur depuis cinq ans, l'iPod d'Apple, qui totalise à lui seul plus de 60 millions d'appareils vendus dans le monde et plus de 75 % des ventes de musique en ligne via sa plate-forme iTune Music Store.
 
Et pour contrer Apple, Microsoft mise sur ses offres de services et de contenus. En effet, à l'instar de la stratégie de la firme à la Pomme, Microsoft a développé en parallèle de son baladeur une plate-forme de téléchargement dédiée, la Zune MarketPlace. Celle-ci propose, pour 14,99$ par mois, 2 millions de titres, parmi lesquels l'intégralité du catalogue d'Universal Music. Si le tarif est le même que sur iTunes, Microsoft laisse la possibilité à l'internaute de télécharger des morceaux à l'unité pour 0,99 $.
 
Inédit : Microsoft a signé un accord avec Universal Music, et lui reversera non seulement des royalties sur chaque titre téléchargé mais aussi une somme estimée à un dollar par Zune vendu. Des contrats similaires sont prévus avec d'autres majors. Microsoft aurait-il inventé une nouvelle méthode de rémunération pour la copie privée ?
 
Autre nouveauté : le Zune propose une bande FM, une interface de communication Wi-Fi et une fonction de partage entre utilisateurs. Ceux-ci pourront s'envoyer des photos, des chansons, mais aussi des playlists. Petit bémol : les playlists ne seront écoutables que trois fois par le destinataire qui, s'il veut continuer à en bénéficier, devra aller acheter les titres sur la Zune MarketPlace.
 
Enfin, contrairement au couple iPod/iTunes, les fichiers téléchargés sur la plate-forme, s'ils seront protégés par un verrou numérique, pourront être écoutés sur tous les baladeurs comme les Archos, les Creative ou les Toshiba, qui fonctionnent sous système Windows. Mais les titres achetés sur l'ancienne plate-forme de Microsoft, MSN Music, ne seront pas transposables sur le Zune...
 

Le Zune est vendu avec plusieurs accessoires :
une autre manière de se démarquer ?
 
En Europe, aucune sortie n'est encore prévue. Côté prix, le Zune, d'une capacité de 30 Go, reste dans la même veine que l'iPod, et devrait coûter environ 250 dollars. Petit plus : il sera vendu avec quelques accessoires, comme des câbles audio et vidéo ou une télécommande, et il possède un écran plus grand que celui de son concurrent (7,6cm).
 
Le Zune pourrait-il marcher sur les plates-bandes d'Apple ? S'il en est encore loin, une étude publiée par ABI Research annonce que 58 % des 1725 adolescents interrogés qui possèdent déjà un iPod souhaiteraient délaisser celui-ci pour un Zune. Effet de mode ou réel intérêt ?
 
A ce sujet lire aussi :

Zune : Microsoft s'aligne sur l'iPod d'Apple (29/09/2006)
Universal percevra des royalties à chaque Zune vendu (10/11/2006)
MSN Music ferme ses portes et laisse place au Zune MarketPlace (06/11/2006)

Mathilde Cristiani pour L'Atelier
(Atelier groupe BNP Paribas – 15/11/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas