Microsoft : nom de code "Origami" et publication des communications avec Bruxelles

Par 27 février 2006
Mots-clés : Smart city, Europe

Microsoft se déciderait-il à employer les techniques marketing d'Apple ? L'éditeur alimente la rumeur autour d'un nouveau produit duquel on ne sait pas encore grand-chose, si ce n'est que son nom...

Microsoft se déciderait-il à employer les techniques marketing d'Apple ? L'éditeur alimente la rumeur autour d'un nouveau produit duquel on ne sait pas encore grand-chose, si ce n'est que son nom de code est "Origami" et qu'il pourrait s'agir d'un terminal à cheval entre tablet PC et lecteur multimédia.
 
Par ailleurs, las des prises de bec avec Bruxelles au sujet de son non-respect des lois anti-trust, Microsoft a décidé de rendre publics les documents qu'il a fourni à la Commission européenne pour étayer son dossier.
 
Nom de code : Origami, rendez-vous pris le 2 mars prochain pour découvrir de quoi il retourne réellement. Simplement promu par un site Internet sur lequel l'on n'apprend rien, Origami pourrait être un concept de terminal portable cumulant les fonctionnalités d'un tablet PC (ordinateur ultraportable équipé d'un stylet) à celles d'un lecteur multimédia.
 
Buzz : puisque cette technique profite à Apple, pourquoi ne pas s'y essayer ?
 
Bien qu'habituellement, Microsoft communique sur ses nouveaux produits bien avant leur lancement, l'éditeur de Redmond semble avoir choisi de recourir aux techniques marketing habituellement utilisées par Apple : orchestrer l'apparition d'une rumeur pour faire monter la pression (le buzz) et qu'ainsi tout le monde s'escrime à deviner de quoi il retourne vraiment. Une annonce Apple est d'ailleurs prévue pour demain, 28 février.
 
Entre rumeurs et documents soi-disant sortis discrètement des bureaux de Microsoft, l'on suppose à l'heure actuelle que le concept Origami devrait être un ordinateur ultraportable, piloté par un stylet et permettant de surfer sur Internet, de télécommander son ordinateur ou de jouer en réseau.
 
Jouer la transparence devant la Commission européenne : "la transparence est cruciale dans ce qui peut apparaître comme une procédure très opaque à Bruxelles. Nous avons donc décidé d'ouvrir ces fichiers à tous, pour que les gens comprennent le problème, indiquait la semaine dernière un responsable de Microsoft pour l'Europe.
 
Alors qu'il tombe sous le coup de nouvelles accusations pour abus de position dominante, l'éditeur a décidé de rendre publics les documents officiels du litige qui l'oppose à Bruxelles. Condamné à ouvrir le code source de Windows à la concurrence en 2004, Microsoft a fini par partiellement accéder aux requêtes de la Commission en ouvrant, sous licence, certains pans du code de son système vedette, sans toutefois donner parfaitement satisfaction.
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 27/02/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas