Microsoft règle à l'amiable son différend avec Daum en lui versant 30 millions de dollars

Par 14 novembre 2005
Mots-clés : Smart city

Le géant de Redmond verse 30 millions de dollars à la société Daum qui l'accusait de pratiques anti-concurrentielles. Le sud-coréen lui reprochait d'avoir inclus sa messagerie instantanée dans...

Le géant de Redmond verse 30 millions de dollars à la société Daum qui l'accusait de pratiques anti-concurrentielles. Le sud-coréen lui reprochait d'avoir inclus sa messagerie instantanée dans son système d'exploitation Windows.

Selon l'accord sur lequel les deux parties se sont arrêtées, Microsoft versera à Daum 10 millions de dollars en cash, 10 millions en contrats publicitaires et 10 millions en contrats commerciaux non précisés. "L'accord marque la fin de notre conflit juridique et le début d'une nouvelle ère dans la relation qui lie Daum et Microsoft", déclare Oliver Roll, le directeur marketing Asie de Microsoft.

"Les entreprises vont être partenaires en ligne, des contenus de Daum apparaîtront sur le service MSN de Microsoft", ont déclaré les ennemis réconciliés.

RealNetworks avait également porté plainte contre Microsoft en l'accusant de pratiques anti-concurrentielles. Mais l'entreprise a retiré sa plainte le mois dernier après avoir réglé le conflit à l'amiable et reçu de la part de Microsoft 761 millions de dollars.

Cependant, malgré le règlement à l'amiable, la direction de la concurrence coréenne a affirmé qu'elle poursuivrait son enquête sur les pratiques du géant américain. "La Fair Trade Commission ( FTC) n'enquête pas pour des gens en particulier mais pour le bien-être du consommateur et le développement de l'économie nationale", déclare la FTC dans un communiqué.

D'autre part, Microsoft, qui a été condamné par Bruxelles à verser 500 millions d'euros pour abus de position dominante, attend le jugement d'appel. D'après le Financial Times , Microsoft aurait lancé une intense campagne de lobbying pour gagner des appuis extérieurs (gouvernement américain, entreprises) qui pourraient peser en sa faveur sans la décision de la Commission européenne.

(Atelier groupe BNP Paribas - 14/11/05)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas