Microsoft/concurrence : l’Union Européenne poursuit son enquête

Par 05 novembre 2002

Suite au verdict rendu récemment par la juge fédérale américaine Colleen Kollar-Kotelly (voir Lettre de l’Atelier du 04/11/02), le géant d’Atlanta a échappé au projet de démantèlement de ...

Suite au verdict rendu récemment par la juge fédérale américaine Colleen Kollar-Kotelly (voir Lettre de l’Atelier du 04/11/02), le géant d’Atlanta a échappé au projet de démantèlement de sa société en deux entités distinctes. Cependant, l’Union Européenne a fait savoir par l’intermédiaire de sa porte-parole Amelia Torres, qu’elle poursuivait son enquête sur les pratiques présumées anticoncurrentielles de Microsoft. Du point de vue des faits, l’affaire est différente de celle des Etats-Unis. De plus, l’Union Européenne « a ses propres règles à faire respecter » a rappelé Amelia Torres, lors d’une conférence de presse. Dans le dossier Microsoft, Bruxelles étudie deux aspects particuliers. Premier problème : le fait que Microsoft associe Media Player à son système d’exploitation constitue-t-il ou non une position dominante allant à l’encontre de ses concurrents (RealNetworks et QuickTime) ? Second problème : Microsoft a-t-il ou non conçu son système d’exploitation pour qu’il fonctionne mieux sur Windows NT, que sur des serveurs Linux ou Unix ? Sur ces deux questions, Bruxelles attend encore les arguments du numéro un mondial de l’informatique. (Atelier groupe BNP Paribas – 05/11/2002)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas