Pour mieux innover, le Canada doit simplifier l'accès des startup aux fonds

Par 20 juin 2012
computers exchanging money

Comment stimuler l'innovation technologique dans le pays ? En améliorant les connexions entre fonds et startup, en popularisant le crowdfounding ou encore en créant un marché de pré-introduction en Bourse.

Malgré un système éducatif performant et une régulation favorable, le secteur technologique Canadien se serait faiblement développé depuis l'éclatement de la bulle internet. En effet, l'économie de l'Internet se situe en dessous de la moyenne du G20. Et ce, à cause de difficultés en matière de gestion - expertise financière, management - et de financement. C'est pourquoi la Bourse Alpha a publié un livre blanc consacré au sujet et présentant 5 leviers d'action au profit des startups, dont elle considère qu'elles sont un moteur primordial d'innovation. D'abord,elle rappelle la nécessité de trouver les moyens de mieux connecter entre eux startups et investisseurs pour éviter que les premières ne puissent s'adresser qu'à leur cercle de proches pour trouver des fonds ou un mentorat, ce qui peut passer par un réseau en ligne. Cela passe aussi par la mise en relation des incubateurs d'entreprises afin de rendre plus efficace la diffusion des connaissances. Ensuite, faciliter le crowdfounding, à savoir les petites contributions d'un public plus large, ce qui passe par la régulation publique facilitant ces échanges et la création d'une plate-forme d'investissement. C'est ce qui a été fait avec crowdcube au Royaume-Uni, permettant la première année l'investissement de 3,5 millions de livres, avec une moyenne de 1327£ par particulier.

Un travail fiscal

Troisièmement, le livre blanc propose de créer un marché de pré-introduction en Bourse où s'échangeraient des titres. Ce procédé a été développé aux Etats-Unis via la plate-forme secondmarket.com où se sont effectué 1 milliard de transactions en 2008. Ceci permettrait de réduire le gap entre les startups qui ont accès aux marchés boursiers et celles qui ne le peuvent, mais aussi de faciliter l'investissement par la réduction des risques de perte et la mise en avant de ces entreprises. Ensuite, le livre blanc propose de se centrer sur les besoins spécifiques du secteur en matière de marketing, de programmes d'encouragement publics et de structure des prix du marché des titres afin de permettre aux startups de passer le cap de l'introduction en bourse dans les meilleures conditions. Enfin, le dernier levier concerne l'incitation à l'investissement grâce au crédit d'impôt à destination des Business Angels, un tel programme britannique ayant permis d'augmenter en moyenne l'investissement de 50-70% par investisseur grâce à une réduction d'impôt de 30%.

Un environnement propice

Néanmoins, la Bourse Alpha rappelle qu'un environnement favorable doit être créé pour favoriser le développement du secteur technologique. Ce qui passe par l'action de la puissance publique pour améliorer la régulation et les taxes et collaborer avec ces startups via l'investissement public. Le régulateur doit aussi favoriser la diversité et les connexions globales, la créativité et l'innovation entre entrepreneurs par le biais de l'ouverture de la politique d'immigration. Puis, faciliter l'investissement étranger tout en gardant la main sur les entreprises, prenant exemple sur le programme israélien Yozma qui permet à la puissance publique de maintenir 60% de participation dans une entreprise, mais également de faire participer des acteurs étrangers à hauteur de 40%.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas