Mi.Mu transforme les gestes de la main en musique

Par 22 avril 2014 1 commentaire
Mi.Mu gloves

Les gants Mi.Mu permettent de jouer de la musique avec les bras et les mains. Le projet est en cours de financement sur Kickstarter.

 

La musique électronique est devenue courante, notamment dans la production de musique contemporaine. Cependant certains artistes telle que la chanteuse, compositrice et interprète britannique, Imogen Heap, regrettent qu’il faille estiment rester derrière un ordinateur et considèrent que la performance et l’expérience musicale sont limitées. Or, la gestuelle facilite l’expression artistique, la connexion avec son audience et permet la création de musique de manière plus intuitive. C’est ainsi qu’est née l’idée de créer des gants technologiques permettant de jouer de la musique avec ses mains et ses avant bras. Ce projet appelé Mi.Mu, vient de lancer une campagne de financement sur la plateforme de crowdfunding Kickstarter afin de lever près de 340000 dollars (environ 240 000 euros) en 16 jours. Les développeurs de Mi.Mu et l’artiste Imogen Heap espèrent que les gants et leur logiciel de programmation, accessibles en open source, pourront toucher un large éventail d’utilisateurs. Le projet, présenté au stade de concept lors d’une conférence TED Global en 2011, fait penser au "Power Glove" de Nintendo, conçu en 1989 afin de contrôler quelques fonctions basiques de jeux vidéos avec les gestes de la main. En effet, l’idée de gants de données n’est pas nouvelle, mais les gants de Mi.Mu se différencient des précédents. Les capteurs et les algorithmes des capteurs permettant de recevoir les données sont en effet spécifiques au projet.

Capturer des données pour les traduire en musique

Mi.Mu fonctionne en capturant les mouvements et les gestes de la main avec des capteurs analogiques de pliage. Cette information est ensuite envoyée avec une connexion Wifi, via une carte x-OSC (entrée-sortie sans fil) intégrée qui permet la transmission de données des poignets à un ordinateur. Cette technologie permet de jouer de la musique de façon très précise et sans temps de latence. Elle permet au musicien de varier la note, la tonalité et même les effets. Le logiciel open source développé pour Mi.Mu permet aux développeurs de cartographier les données en signaux de commande musicale et de combiner différents gestes et les mouvements afin de permettre des contrôles plus complexes. En utilisant les lumières et capteurs de mouvement, les gants peuvent ainsi associer une grande variété de gestes de la main à différents instruments et sons, chaque paire de gants étant capable de stocker des milliers de combinaisons. Les gants peuvent également être programmés pour contrôler la production de musique tiers et de logiciel d'édition de musique comme CuBase (famille de séquenceurs musicaux). Les fondateurs de Mi.Mu souhaiteraient voir leur technologie devenir grand public, mais pour l’instant, seuls quelques artistes atypiques - la musicienne électronique, Imogen Heap, un DJ acrobatique et un danseur sur glace - ont montré leur intérêt pour la technologie. La première paire de gants Mi.Mu a même été réalisée sur mesure pour Imogen Heap : le bout des doigts n’étant pas recouverts pour lui permettre de jouer au piano, ainsi que la paume de la main pour qu’elle puisse taper des mains.

Des opportunités artistiques et de réalité virtuelle

Les possibilités artistiques de cette invention sont intéressantes car elles permettent d’estomper la frontière entre danse et musique: un danseur devient musicien et un musicien devient danseur. D'autres cas d'utilisation de Mi.Mu comprennent potentiellement la possibilité pour les fabricants de matériel de réalité virtuelle d’insérer de réels mouvements de la main dans des environnements virtuels. Les gants peuvent également être utilisés pour reconnaître la langue des signes. Un des premiers supporteurs du projet a récemment utilisé les gants pour réaliser la chanson "YMCA" des Village People en langage des signes. Une des contraintes auxquelles les concepteurs de Mi.Mu ont dû faire face est de permettre de tenir un maximum de technologie et de capteurs dans une petite surface, tout en étant esthétique, pratique et maniable. Le financement que Mi.Mu souhaite obtenir sur Kickstarter vise à rendre cette expérience universellement accessible (hackers, organisations éducationnelles etc.) afin de contribuer à son développement et engager une communauté de concepteurs.. Il faut pour l’instant débourser 1260 dollars (912€) pour un kit comprenant les éléments pour créer un gant entier (accéléromètre, capteurs, x-OSC). L’équipe souhaiterait pouvoir livrer les premiers gants d’ici l’hiver prochain. Les personnes qui s'engagent à recevoir un gant auront accès au code du logiciel avant de lerendre open source de milieu à fin de 2015.

Haut de page

1 Commentaire

Très intéressant, mais... la France (avec le Sarthois EZRA) n'avait pas attendu pour développer ce modèle : gant interactif, développement via un fablab, crowdfunding... tout était déjà là ! => http://www.kisskissbankbank.com/ezra-bionic-orchestra-2-0

;-)

Soumis par PhC (non vérifié) - le 23 avril 2014 à 09h24

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas