Le mini réfrigérateur stimule les mini processeurs

Par 23 juin 2008 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

Des compresseurs et évaporateurs miniatures pourraient remplacer les ventilateurs qui refroidissent nos ordinateurs, et ainsi assurer la réfrigération des plus petites machines.

L'informatique passe du ventilateur à la climatisation. Le projet de chercheurs de l'université de Purdue, consiste en effet en un système miniature de réfrigération assez petit pour pouvoir être appliqué aux ordinateurs portables. Encore à l'état de prototype, la technologie utilisée pourra à terme stimuler les performances des machines. Elle permet d'imaginer du coup le développement d'ordinateurs plus petits. Selon les chercheurs, ce type de système sera indispensable à long terme, pour les prochaines générations de microprocesseurs qui génèreront dix fois plus de chaleur que ceux d'aujourd'hui, et en particulier dans les petits hot spots. Pour rappel, les systèmes traditionnels reposent sur un ventilateur, ce qui limite les capacités de refroidissement.
Des diaphragmes réfrigérants
Les chercheurs ont ici travaillé sur la production de composants, les compresseurs et évaporateurs, à une taille réduite. L'objectif : assurer une température minimale aux microprocesseurs mais aussi à toute la machine. Et ce faisant, limiter les dommages que la chaleur cause à long terme aux ordinateurs. Le modèle ainsi développé comprend des mini compresseurs qui pompent le liquide refroidissant en utilisant des diaphragmes. Les membranes de ces derniers sont élastiques. Elles sont composées d'un plastique nommé polyimide - qui fait souvent la liaison entre l'écran de l'ordinateur portable et le calculateur proprement dit - et recouvertes d'un métal conducteur. C'est cette couche métallique qui permet au diaphragme de se contracter et décontracter.
Pas de commercialisation immédiate
Cela est stimulé par des décharges électriques, qui aident à produire ainsi une action de pompage. "Nous sommes encore confrontés à des difficultés pour implémenter des applications pratiques", confie Suresh Garimella, membre de l'équipe de recherche. Et d'ajouter : "l'un des principaux défis est de réussir à réaliser des compresseurs assez petits et qui peuvent fonctionner de manière fiable et efficace". Reste que la commercialisation de ce système n'est pas à l'ordre du jour. Le marché veut en effet que ces diaphragmes soient vendus moins trente dollars la pièce (un peu moins de vingt euros). Les chercheurs en sont encore à observer combien de composants sont nécessaires par machine pour assurer un refroidissement optimal.

Haut de page

1 Commentaire

Alternative au Stirling?

Soumis par François Claustres (non vérifié) - le 24 juin 2008 à 02h38

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas