Des mini-voitures comme alternatives aux drones pour les livraisons ?

Par 04 novembre 2015 2 commentaires
Starship

Les fondateurs de Skype travaillent sur un projet de petits robots assurant des livraisons sur la terre ferme.

Alors que beaucoup, Google et Amazon en tête, misent sur les drones pour l’avenir de la livraison, d’autres font un pari différent. C’est le cas des deux cofondateurs de Skype, Ahti Heinla et Janus Friis. Ces derniers travaillent, à travers l’entreprise Starship technologies, à la conception de petits robots livreurs circulant sur la terre ferme, dont les premiers prototypes pourraient être testés aux Etats-Unis et en Angleterre dès 2016. Le principe : des petites voitures robotiques autonomes assurant un service de livraison sur de courtes distances. Circulant à une vitesse de 4 miles par heure (environ six kilomètres et demi), elles assureraient, selon l’entreprise, des livraisons dans un délai maximal de 30 minutes, et donc vraisemblablement dans un rayon de deux miles.

Les courses seraient effectuées depuis un réseau de « hubs », des entrepôts servant de base de départ aux mini véhicules. Chaque robot pourrait porter environ neuf kilos, soit l’équivalent de deux sacs remplis de course, stockés dans un compartiment intérieur sécurisé. A l’aide d’une application, l’utilisateur pourrait indiquer une fenêtre de livraison, géolocaliser le robot et ouvrir le compartiment. Selon The Verge, l’entreprise affirme que ses robots coûtent très peu à produire et sont économes en énergie. Et reviennent donc moins chers que les drones ? Un obstacle demeure toutefois à surmonter : les véhicules autonomes, quelle que soit leur taille, n’ont pour l’heure pas droit de cité dans l’espace public.

 

Haut de page

2 Commentaires

Bonjour,

Il est dit dans l'article: ...neuf kilos,...., stokés dans un compartiment intérieur sécurisé.
Dans un contexte où certains sont prêts à tuer pour un regard de trop,
je doute fort que cela représente la moindre sécurité!
Je m'étonne que cette problématique, qui peut être rédhibitoire, soit laissée dans l'ombre;
Malgré ce, merci pour cet article de qualité.
Cordialement,
YF

Soumis par Yves Ferret (non vérifié) - le 05 novembre 2015 à 11h59

Au Japon pourquoi pas ?
Mais dans un pays civilisé comme la France ?

Soumis par Cablo (non vérifié) - le 05 novembre 2015 à 18h50

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas