Minsh plonge Twitter dans un monde virtuel d'informations catégorisées

Par 09 mars 2009 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, Europe

Le site de micro-blogging s'exporte dans un environnement aquatique. Celui-ci aidera les utilisateurs à découvrir de nouveaux profils pertinents et à accéder aux dernières grandes actualités.

Sur Twitter, il est parfois difficile de suivre toutes les informations publiées par son réseau. Un constat d'autant plus valable qu'aucune application publique ne classifie par thème les messages. Pour aider les utilisateurs de la plate-forme de micro-blogging à mieux s'y retrouver et à se regrouper par intérêt, Barbara Yersin et Jonathan Maim de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne ont créé le site Minsh. Au sein de ce monde virtuel aquatique, chaque utilisateur de Twitter apparaît sous forme d'un poisson. Les avatars sont regroupés par réseaux de contacts, et un clic sur l'un des poissons fait apparaître le dernier tweet de son utilisateur. L'un des objectifs : "Rendre plus facile l'exploration de son réseau Twitter étendu, et donc l'accès à celui de ses contacts ", explique à L'Atelier Barbara Yersin. À terme, les utilisateurs pourront également créer des groupes de discussions sur des thèmes précis.
Accéder à l'actualité chaude
"Contrairement à Facebook, où nous appartenons à plusieurs groupes, nous voulons conserver le concept sur lequel se fonde Twitter : l'information en temps réel" continue la chercheuse. "À chaque poisson correspondra donc un seul groupe de discussion, que l'utilisateur pourra créer, rejoindre ou quitter selon son activité et ses préoccupations du moment ". L'utilisateur visualisera rapidement les groupes de discussion denses, reflets de l'actualité chaude à ce moment donné. En intégrant l'un de ces groupes, l'internaute aura directement accès à ceux qui communiquent sur le sujet. "Auparavant, sur Twitter, si l'on ne suivait pas les profils adéquats, il était impossible d'être rapidement informé sur une actualité particulière" rappelle Barbara Yersin. Le binôme travaille également à l'intégration future de plusieurs réseaux sociaux sur Minsh, comme Linked-In ou Facebook.
Une immersion totale
L'utilisateur pourra alors choisir de fondre tous ses comptes de réseaux sociaux en un seul et même avatar, ou au contraire les dissocier en créant autant de poissons qu'il a de facettes d'identité numérique. Le concept du monde aquatique, pour Barbara Yersin, permet à l'utilisateur de mieux s'immerger dans l'univers virtuel : " L'expérience nous a montré que dans les mondes virtuels humains, sur lesquels nous travaillons depuis quatre ans, le moindre défaut fait perdre à l'utilisateur le sentiment d'immersion. La raison à cela est que nous savons tous comment un humain est censé se comporter." L'utilisateur peut intervenir à tout moment dans le monde virtuel, sur les actions de son poisson. Mais même lorsqu'il ne lance pas l'application Minsh, son poisson évolue selon son activité sur Twitter. La version publique du service sera lancée au début du moins d'avril prochain.

Haut de page

1 Commentaire

Quelque part c'est un peu la dynamique que propose Yammer (le twitter pour les entreprises) qui permet de tagger, regrouper des conversations, et donc faciliter la recherche et le filtrage de l'information par l'intelligence collective.

Mais le gros attrait de MINSH est la dimension Ludique avec cette immersion façon tamagochi... j'ai hâte de tester.

Soumis par François VERRON (non vérifié) - le 10 mars 2009 à 11h17

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas