Le miroir augmenté permet les projections à la manière d’une vitre

Par 13 octobre 2014
Miroir réalité augmentée

À l’université de Bristol les chercheurs développent une vitre réfléchissante novatrice. Les applications possibles sont infinies mais la technologie doit encore préciser ses objectifs.

L’idée d’un miroir augmentant la réalité est très vieille. C’est pourtant celle qui a guidé les recherches du département de sciences informatiques de l’université de Bristol au Royaume-Uni. L’équipe du professeur Sriram Subramanian est parvenue à créer une vitre semi-transparente capable de refléter des éléments indépendamment de la position de l’observateur. La vitre reflète par exemple les éléments projetés devant soi à l’aide d’un vidéo-projecteur. Une réalité augmentée pour le dire clairement qui compile l’avant et l’arrière de la vitre. Les chercheurs restent cependant assez flous quant à leur méthode et aux techniques utilisées. Ils insistent en revanche sur les applications possibles pour ce nouvel objet.

Une nouvelle opportunité pour la vente au détail ?

C’est le premier domaine auquel que les chercheurs envisagent : le prêt-à-porter. Grâce à ce miroir les consommateurs auraient la possibilité d’essayer virtuellement un vêtement ou un accessoire. Une invention loin d’être nouvelle : la modélisation 3D permettait dès 2008 de vivre ce type d’expérience sans cesse perfectionnée depuis. La seule nouveauté serait la possibilité pour les consommateurs de tester les biens proposés devant la vitrine d’un magasin même fermé : “lorsqu’une personne ne peut accéder à un magasin parce qu’il est fermé, son reflet serait visible à l’intérieur du magasin et cela lui permettrait d’essayer des vêtements, de payer par carte et de se les faire livrer” assure le docteur Diego Martinez de l’équipe de recherches. Mais les acheteurs sont-ils prêts à passer du temps devant une vitre à essayer des vêtements virtuels dans la rue ? Et surtout le veulent-ils ? Les opportunités semblent ailleurs.

L’art sublimé grâce à cette nouvelle technologie

S’il est un domaine dans lequel les chercheurs anglais peuvent en revanche contribuer grandement, c’est bien l’art. Les visiteurs d’un musée agiraient sur les objets enfermés dans des vitrines. C’est toute la muséographie qui pourrait être revue à l’aune de cette nouvelle invention : animation 3D, fiche informative, documents complémentaires… Tout cela serait à portée de doigt du visiteur passant devant la vitrine. Les musiciens de leur côté auraient également la possibilité de visualiser les boucles d’un morceau pour les modifier d’un simple toucher. Les domaines de la médecine et de la sécurité seraient aussi des champs d’application possibles de l’invention comme tente de le montrer la vidéo réalisée par les chercheurs. Malgré tout, il semble que la technologie de la réalité augmentée, que veut perfectionner l’invention anglaise, semble avoir du mal à sortir des domaines éducatifs et du e-commerce.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas