(Mis à jour) Quand l'open source vend le routeur

Par 01 juillet 2008
Mots-clés : Smart city

Le lancement d'un nouveau routeur - fonctionnant sur OS libre - par Netgear confirme le succès de ces logiciels. Une tendance qui s'affirme sur le marché des équipements réseaux.

Netgear a annoncé cette semaine le lancement de son nouveau routeur sans-fil open source. Baptisé du doux nom de WGR614L, il succède au non moins doux KWGR614. Il dispose comme lui d’un micro-OS open source. Ce qui signifie que l'utilisateur peut à loisir changer ce dernier par un firmware (ou micro logiciel) alternatif augmentant significativement les possibilités de l'appareil: DD-WRT, Tomato ou encore OpenWRT. "C'est une tendance lourde sur le marché : on voit de plus en plus de logiciels libres intégrés aux hardwares réseaux", commente Alexandre Zapolsky, P-DG de la société de logiciels libres Linagora. "Ce qui me paraît logique, pour une question de coûts surtout".
L'open source réduit les coûts du constructeur
En effet, selon lui, les constructeurs ont peu d'intérêt à payer une licence à un éditeur pour des logiciels, alors que l'open source peut leur apporter les mêmes performances, à moindre coût, donc. "Ce qui est étonnant, c'est que Netgear fasse de l'open source un argument de vente", continue Alexandre Zapolsky. Ce qui, explique t-il, démontre que cette thématique est désormais porteuse, aussi bien auprès des consommateurs que des entreprises. D'ailleurs, ces derniers sont de plus en plus demandeurs de plates-formes plus puissantes, capables de soutenir plus d'applications. Exigences auxquelles le WGR614L tente de répondre via des améliorations techniques. Le matériel de l'ex filiale de Nortel bénéficie ainsi d’un processeur avec une fréquence d’origine de 240MHz.
Collaboration entre utilisateurs
Quant à la quantité de mémoire flash embarquée, elle a été augmentée à 4 MoB. Le routeur comporte également une mémoire vive (RAM) de 16 Mo. Le modèle WGR614L est par ailleurs soutenu par une communauté dédiée. Ainsi, les utilisateurs peuvent bénéficier d'une communauté d'autres utilisateurs formée en ligne, qui met à disposition logiciels libres, applications et conseils pratiques d'utilisation. Elle permet enfin le partage de nouvelles applications : comme celles de géolocalisation par exemple. A noter : le routeur est déjà disponible sur le marché américain pour 69 dollars (moins de 44 euros).

L'avis du professionnel : Raphaël Ferreira, co-fondateur et co-gérant d'eNovance.
Quel nouveau type d'applications permet d'envisager un routeur open source?
Au-delà des applications courantes d'un routeur (Firewall, Wifi...) on peut imaginer tous types d'applications à implémenter telles que la détection d'intrusion ou le streaming de réseau. Il est également possible de spécialiser l'équipement sur un usage spécifique et ainsi créer des versions complémentaires très spécialisées. Par exemple, développer un boîtier spécialisé dans la diffusion de contenu multimédia ou un autre spécialisé dans la téléphonie sur IP.
Quelles nouvelles opportunités pour les entreprises ?
Le principal intérêt à mes yeux est de concevoir ou de bénéficier d'un routeur adapté spécifiquement à leurs besoins pour un coût tout à fait raisonnable. Une entreprise pourra donc développer en interne ou faire appel à une SSLL pour adapter la solution à un projet ou une contrainte, ou ajouter une nouvelle fonction sur la solution. C'est un atout de poids face aux solutions propriétaires classiques. Notons aussi que ces possibilités seront accessibles à des sociétés de taille moyenne alors qu'avant la personnalisation d'un équipement de routage nécessitait des investissements trop lourds pour ces dernières.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas