[MIT TR35] Rand Hindi replace l’utilisateur au centre de la réflexion sur la data

Par 09 avril 2014
Rand Hindi

Rand Hindi, data scientist, vient de remporter le prix de l’innovateur de l’année par le MIT Technology Review. L’Atelier l’avait déjà rencontré en juin 2013, et vous propose de redécouvrir son portrait. Avec en bonus une nouvelle rencontre avec le fondateur de :Snips, qui a créé l’application Tranquilien pour la SNCF.

L’Atelier : Quel chemin avez-vous parcouru en un an ?

Rand Hindi : Pendant ces 8 derniers mois, avec mon équipe, nous sommes allés beaucoup plus loin dans la réflexion sur la data en général pour comprendre son intérêt et ses applications. Nous en sommes arrivés à la conclusion que les smart cities sont juste un cas d’usage de la donnée et du contexte, en réalité, le sous jacent de tout ça c’est l’ubiquitous computing : l’idée que le monde physique et la vie de tous les jours seront ultra connectés. Il faut donc aller plus loin que le concept de smart cities et proposer une technologie qui permettrait à tout un chacun de comprendre et maîtriser le contexte dans lequel il se situe, c’est ce qu’on appelle le context awareness. Le changement radical dans notre vision, c’est qu’on n’est plus infrastructure-centric mais user-centric, on remet l’utilisateur au centre de la réflexion de tout ce qu’on fait, c’est vraiment lui qui doit bénéficier de tout.

Quel bilan tirez-vous de votre collaboration avec un grand groupe, ici la SNCF ?

Le projet était assez représentatif de ce que les gens aiment bien voir dans la technologie : de l’open data, du big data, du crowdsourcing ainsi qu’une collaboration en open innovation entre un grand groupe et une startup. Et en plus de ça, le véritable problème du transport public en Ile-de-France a pu être mis en avant. Au final, cette collaboration a été bénéfique pour les deux parties : nous on s’est professionnalisés et on a appris comment travailler avec un grand groupe, avec de nombreux interlocuteurs, etc ; et à mon avis cela a aussi profité à la SNCF sur leurs futures relations avec d’autres startups. J’espère d’ailleurs que cette collaboration pourra servir de case study à d’autres startups qui souhaiteraient travailler en partenariat avec un grand groupe.

De nouveaux projets ?

:Snips ne s’est pas endormi sur ses lauriers et a continué les collaborations avec d’autres entreprises. Notamment, un partenariat qui s’est fait en interne avec La Poste pour prédire les pics d’affluence dans les bureaux de poste, se basant sur la zone de chalandise et les informations de contexte. On travaille aussi sur un projet pour la sécurité routière aux Etats-Unis afin d’anticiper les risques d’accidents de la route en fonction du contexte spatial tel que la topologie des rues, la météo, les lieux à proximité, etc. Une discussion avec des constructeurs automobiles est également en cours pour créer un dashboard pour voiture connectée. Ce serait un premier cas concret d’une voiture qui serait capable de réagir au contexte auquel elle est exposée.

 

Redécouvrez le portrait de Rand Hindi et son projet d’application Tranquilien :

L'innovateur du mois est un data scientist. Fi du cliché du professeur Tournesol: Rand Hindi de :Snips est un architecte de l'algorithme urbain. Son credo: jouer avec les données pour adapter la ville aux besoins citoyens.

Chaque jour, trois millions d’individus utilisent les réseaux Transilien et RER, dont près de la moitié sont équipés de Smartphone. Ces voyageurs sont maintenant invités à communiquer les informations de leur rame via une application, pour améliorer le confort de tous.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas