Le mobile anticipera les intentions de l'utilisateur

Par 18 février 2009 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

Le prototype de téléphone mobile du MIT identifie les mouvements et la préhension de l'utilisateur, afin de deviner ses actions et de lancer automatiquement l'application adéquate.

Si l'iPhone met déjà automatiquement en veille l'écran lorsqu'un utilisateur le porte à son oreille, le prototype développé par deux chercheurs du MIT va plus loin. Il est capable de détecter automatiquement quelle application l'utilisateur veut lancer. L'outil, présenté par le New Scientist, est équipé de pas moins de soixante douze capteurs et d'un accéléromètre à trois axes capables de détecter les mouvements en 3D et la position des doigts de l'utilisateur sur l'objet. Les chercheurs ont analysé la préhension effectuée par une dizaine d'individus, en leur demandant d'utiliser le portable de diverses manières : en tant qu'appareil photo, en tant que téléphone... A partir de cette étude, ils ont établi un modèle permettant de programmer l'interface, selon l'intention probable de l'utilisateur. Entre les mains de ces mêmes personnes, l'outil parvient à deviner les intentions dans 95 % des cas.
Sous réserve d'optimisation
Ce taux chute à 70 % lorsqu'il est confié à d'autres individus. Jean-François Jezequel, co-président de Challenge 2 Media, commente : "cette innovation ouvre de nouvelles possibilités. Sous réserve qu'elle recoupe, comme toute nouvelle technologie, quatre paramètres essentiels. Qu'elle soit robuste, et qu'elle ne nécessite pas de temps d'apprentissage. Mais aussi et surtout qu'elle soit stable et fiable". Un constat que Luc Veuillet, président de la Mobile Marketing Association, confirme. "Si le système n'est pas optimal, il parasitera rapidement l'utilisation. A l'instar des téléphones pilotés par la voix, qui ralentissent souvent l'accès aux applications, par un mauvais fonctionnement." Jean-François Jezequel se montre plus optimiste pour l'avenir de cette innovation, en faisant un parallèle avec le secteur des jeux vidéos. Il rappelle ainsi que pendant longtemps les professionnels ont vu l'avenir du jeu dans des domaines comme la résolution. Or la console Wii a bouleversé le marché, en misant sur l'accéléromètre.
Le prototype ouvre le débat
Bémol autour de la concrétisation d'un tel prototype : les coûts d'utilisation d'un tel nombre de capteurs dans un terminal, et d'autre part le risque que les applications mobile et leur traduction tactile se multiplient à l'avenir. Autant de facteurs qui rendraient l'utilisation de cette technologie trop compliquée à maîtriser. Pour le consultant Luc Veuillet, le MIT a surtout cherché à pousser l'expérience le plus loin possible, afin ouvrir le débat sur la question des outils technologiques et leur capacité à anticiper les intentions humaines. "Si de plus en plus d'outils s'automatisent, il convient de réaliser que les machines présentent des limites. Et ne peuvent réfléchir comme l'humain le fait. L'histoire des innovations nous a appris que toute technologie aspirant à prévoir l'avenir a échoué."

Haut de page

1 Commentaire

ras le bol des innovations collées au plafond, on achète des outils qui deviennent impossible a utiliser!!!!

OOOF : One Object for One Fonction

qd pourra-t-on choisir de NE PAS avoir accés à telle ou telle application?

et.... les sms ne sont toujours pas récupérables en RTF par les applications hyper sophistiquées qui sont supposées synchroniser nos machines hors de prix!!!!Si vous voulez des informations produit, je doute que ce site puisse vous satisfaire, Loic.
L'Atelier n'est pas un site d'actu conso. Ni L'Atelier Numérique (voir votre post sur la page 37844).
Cordialement,
Renaud Edouard-Baraud

Soumis par loic (non vérifié) - le 18 février 2009 à 21h46

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas