Mobile et cloud facilitent la messagerie instantanée en Afrique du Sud

Par 14 septembre 2011
Mots-clés : Digital Working, Afrique
instantchat

Les entreprises s'intéressent à ce type de communication. Mais des problématiques de coût, d'interopérabilité et de sécurité freinent leur adoption. Les applications mobiles et dans les nuages pourraient changer la donne.

Le marché de la messagerie instantanée en entreprise en Afrique du Sud devrait passer de 1,7 million de dollars en 2010 à 10,3 millions de dollars en 2017, selon une étude de Frost & Sullivan. L'explication ? Le développement d'applications mobiles, hébergées dans les nuages ou adaptées aux petites structures. En effet, actuellement, plusieurs freins perdurent qui ralentissent le développement de tels outils de communication dans le secteur professionnel. Premier obstacle, particulièrement pour les petites entreprises : le prix. "Mise à part des contraintes budgétaires, les firmes ne sont pas encore convaincues des retours sur investissement dans le domaine de la messagerie instantanée, comme l'augmentation de la productivité ou l'efficacité opérationnelle.", explique Jiaqi Sun, analyste pour le cabinet.

Des coûts initiaux élevés

Du coup, un nombre important de structures a recours à des solutions gratuites. Deuxième problème : le manque d'interopérabilité entre les différents produits, qui restreint la communication avec des clients externes. Selon le cabinet, la croissance devrait cependant être soutenue du fait des efforts faits par les fournisseurs qui travaillent notamment sur des applications mobiles. "Avec l'explosion de ces dernières, les programmes de messagerie instantanée pour les entreprises, installés sur les terminaux portables, permettent aux employés d'une entreprise de communiquer constamment, qu'ils soient en déplacement ou dans leurs bureaux", précise Jiaqi Sun. Les systèmes qui auront du succès seront aussi ceux hébergés dans les nuages.

La compatibilité et la sécurité restent en chantier

Ainsi, des solutions de location au mois de systèmes hébergés en cloud réduit considérablement les coûts. Reste que, inquiétudes sécuritaires et de perte de données oblige, plusieurs entreprises ne devraient pas adopter ce type de solutions. "Les inquiétudes concernant la perte de données et les problèmes de sécurité peuvent potentiellement empêcher le passage des entreprises à ce type de services, notamment dans des milieux où la protection des données est au centre de leurs systèmes comme l'industrie de la santé", ajoute l'analyste. D'où la nécessité pour les fournisseurs de miser aussi sur l'aspect sécurité de leurs dispositifs.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas