Le mobile est au coeur de l'Internet des objets

Par 23 avril 2008
Mots-clés : Smart city

Nokia travaille à intégrer un lecteur de tags RFID directement dans ses téléphones. Pour le consommateur, cela promet une connectivité permanente.

Embarquer un lecteur RFID dans son mobile. C'est le projet sur lequel travaille Nokia, qui publie ses premières recherches dans le rapport "Architecturales Solutions for Mobile RFID Services on Internet of Things". Le constructeur désire développer des solutions hardware à intégrer aux smartphones, en explorant différentes interfaces possibles : USB, Bluetooth... Ce, dans l'optique d'un "Internet des objets" toujours plus étendu. A savoir, assurer une connexion web à tous les objets, au-delà des seuls appareils électroniques. Un système rendu possible entre autres grâce au système de tags RFID. Xavier Dalloz, consultant, indique : "c'est la base de la troisième vague de l'Internet : après celle du trafic, et celle de l'audience, voici celle de l'implication des internautes avec une augmentation spectaculaire du nombre d'objets connectés : on les estime à 14 milliards d'ici à 2012."Le mobile, en lisant les puces RFID, deviendra alors l'interface entre l'objet, le service et le consommateur.
Les constructeurs mobiles prennent le pas sur les opérateurs
La tendance actuelle est que quatre grands acteurs se partagent le marché des télécoms : les constructeurs de terminaux, les opérateurs, les fournisseurs de services et enfin les consommateurs. "Ici, Nokia suit la logique de ce qu'a fait Apple avec son iphone : montrer aux opérateurs que les constructeurs de téléphone peuvent aussi guider le marché. Ce, en prouvant la valeur ajoutée du terminal, le mobile", explique Xavier Dalloz. Le consultant pense cependant que la vraie rupture va cependant arriver avec la data. "Le téléphone de demain, ce sont les datas : on utilisera de plus en plus notre mobile comme un scanner : appareil photo, scan de tags RFID." Une tendance qui nécessitera d'installer des applications au préalable dans le terminal. Ce qui rendra les opérateurs un peu plus dépendants des constructeurs.  "Il deviendra aussi naturel pour l'utilisateur d'avoir un lecteur RFID embarqué dans son téléphone qu'un appareil photo", estime lui aussi Nicolas Pauvre, chef de projet spécialiste de l'Internet des objets chez GS1, organisme de standardisation auprès des entreprises.
Transparence et information immédiate
Quant aux applications, Xavier Dalloz en évoque plusieurs pour le consommateur : comparatif de prix en direct, partage d'informations en social networking... Mais ce sont surtout les services d'identification et de personnalisation qui vont représenter l'atout majeur de la RFID sur mobile."Le consommateur pourra via son téléphone recueillir toutes les informations sur la bouteille d'eau qu'il veut acheter : provenance, date de production, composants, etc. ", commente Nicolas Pauvre."Le mot clef dans ce cas, c'est l'information". Et pour l'entreprise, c'est la visibilité. En attribuant un code unique sur les objets qui sont commercialisés, le système RFID permet d'assurer la traçabilité des produits. Le chef de projet chez GS1 explique que le flux d'information suit le flux physique des objets qui sont tracés : c'est ce qu'on appelle la donnée événementielle. L'entreprise assure ainsi le suivi de sa production et offre une information en toute transparence au consommateur.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas