Le mobile confirme son rôle d'assistant médical

Par 11 octobre 2010
Mots-clés : Smart city, Europe
Homme tenant un mobile

L'IMEC propose un système de monitoring du rythme cardiaque discret qui utilise le téléphone pour transmettre des informations à son médecin. Un standard à basse consommation sans-fil en facilite l'utilisation au quotidien.

Pour accélérer le développement des solutions d'analyse et de suivi médical utilisant le mobile, l'IMEC a mis au point un système de suivi du rythme cardiaque qu'il présente comme aussi fiable que les dispositifs de monitoring préexistant. Et qui permet de disposer de données mises à jour en permanence. Celui-ci consiste en deux électrodes appliquées au niveau du torse du patient, qui relèvent l'électrocardiogramme de la personne. Elles sont reliées en sans-fil à un petit émetteur et à une batterie disposés dans un collier que l'individu porte avec lui. Et qui envoient ensuite les données vers un appareil de la taille d'une carte à puce, qui se branche par port USB sur le smartphone de la personne. Ce qui est intéressant, c'est que pour optimiser la durée de vie de la batterie, les chercheurs ont délaissé le Bluetooth. Pour se concentrer sur un standard développé par Nordic Semiconductor, et baptisé nRF24L01+.

Electrodes, batterie et mobile

Le problème avec le Bluetooth, c'est qu'il aurait fortement augmenté la consommation d'énergie des capteurs", note Julien Penders, qui a mis au point le système. Restreignant la durée de vie des batteries à une journée. Au contraire, selon lui, le système de Nordic permet aux capteurs de transmettre leurs informations toutes les 100 millisecondes pendant sept jours. Les données, une fois envoyées, sont traitées par le logiciel, prévu pour fonctionner sous Android. Elles peuvent alors être envoyés par Wi-Fi ou 3G à son médecin traitant. Il suffit d'enregistrer l'adresse électronique à laquelle l'individu souhaite envoyer ses résultats, à une fréquence programmée. Elles peuvent aussi être affichées sur le téléphone, pour permettre au patient de suivre son état de santé.

Un suivi médical et sportif

En cas de problème, le système enclenche une alarme. "Une prévention qui lui permet d'essayer de se calmer par lui même", soulignent les chercheurs. Point important : le système fonctionne également avec d'autres types d'électrodes tels que les électrœncéphalogrammes pour surveiller les conditions neurologiques d'un utilisateur et détecter des maladies neuromusculaires. Et si ce système se destine principalement à des personnes souffrant de maux cardiaques ou neurologiques, "il peut être aussi utilisé par des sportifs souhaitant surveiller leur évolution physiologique au cours d'un entraînement", ajoute-t-il. Le système a été présenté lors du Wireless Health Conference de San Diego.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas