Mobile : le consommateur dépense moins en matériel, pas en communication

Par 07 avril 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

Malgré le contexte économique, les européens ne sont pas prêts à réduire leurs dépenses dans la communication mobile. En revanche, ils souhaitent limiter leurs achats d'appareils électroniques.

Récemment, une étude de l'Opinion Research Corporation montrait que les consommateurs américains rognaient sur leurs dépenses dans la communication mobile. Canalys a mené l'enquête sur le marché européen (France, Allemagne et Royaume-Uni). Et les résultats montrent qu'il ne suit pas la tendance américaine : si les consommateurs souhaitent limiter l'achat d'appareils électroniques, ils ne sont pas prêts d'arrêter de communiquer via leur mobile. "En France, l’impact de la crise n’est pour l’instant pas significatif. Les ventes brutes de carte SIM ont d’ailleurs continué d’augmenter en 2008 : 16 millions en 2008 contre 15,2 millions en 2007", confie à L'Atelier une source de chez Bouygues Télécom.
Retenir le consommateur
Seulement 1 % des utilisateurs envisage d'arrêter d'avoir recours à son mobile. Or, la moitié de ces consommateurs utilise des cartes pré-payées, soit la solution la moins bénéfique aux opérateurs. Pourtant, "les opérateurs vont devoir attentivement soigner leurs tarifs et les offres, dans le but de retenir les consommateurs", alerte Pete Cunningham, senior analyste chez Canalys. En effet, si les utilisateurs ne désirent pas diminuer leur consommation, 70 % de ceux qui ont souscrit à un forfait disent vouloir renouveler leur contrat dans le même réseau, selon l'étude. Parmi eux, 10 % pensent à s'orienter vers des solutions pré-payées.
Un trafic accru
Pour Bouygues Télécom, cette tendance n'est pas encore visible en France : "au contraire, notre proportion de forfaits dans notre base client continue d’augmenter". Même son de cloche pour les sociétés d'applications mobile en ligne : Gilles Brochen, directeur général d'Atchik-Realtime, explique à L'Atelier : "Nous n'avons pas encore vu le trafic sur nos plates-formes diminuer. Au contraire, celui-ci continuer à croître et à embellir. La plupart des consommateurs ont souscrit à des forfaits : les dépenses sont donc indolores".  Les premières dépenses que les consommateurs étudiés envisagent de réduire sont d'abord les sorties et les départs en vacances. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas