Le mobile essaime des post-it sur son chemin

Par 20 juin 2008
Mots-clés : Future of Retail

La Duke University considère les mobiles comme des informateurs en puissance : elle développe un réseau qui permet aux individus de poster et d'accéder à des notes géotagguées sur des endroits et évènements dans le monde.

Chaque jour, tout individu a à sa disposition des informations pouvant être utiles à des dizaines d'autres : avis sur un restaurant, sur le trafic dans un lieu précis... Reste qu'il est difficile d'en faire profiter d'autres personnes que celles liées au réseau personnel et professionnel de chacun. A moins de considérer son téléphone portable comme un moyen de capter son environnement et de faire partager son avis à une communauté. Partant de ce constat, la Duke University a travaillé sur un réseau distribué mobile permettant aux membres d'envoyer ou de consulter des notes sur un lieu ou un évènement. Le système, baptisé Micro-Blog, consiste en un logiciel intégré au téléphone capable d'exploiter ses différentes ressources : GPS, appareil photo, accéléromètre... Il permet de rédiger du contenu ou d'accéder à celui-ci. Le propriétaire d'un téléphone membre du réseau peut en permanence entrer des informations - textes, vidéo, photo - sur l'endroit ou la manifestation de son choix.
Des post-it taggués
Il les envoie ensuite vers la base de données centralisée. Dernière étape : afin de permettre aux membres qui effectuent des recherches d'accéder à ces informations, chaque "post-it" est taggué automatiquement grâces aux solutions GPS du téléphone. Le système peut également capter l'environnement autour du propriétaire du téléphone sans que celui-ci soit actif. Via les systèmes de navigation et des capteurs de mouvement, il peut par exemple identifier si la zone où se déplace la personne est fluide ou si celle-ci semble prise dans un embouteillage. Permettant à un autre utilisateur qui souhaite emprunter une route d'obtenir des informations sur la qualité de la circulation. "N'importe quel téléphone portable peut agir comme un télescope capable de fournir des informations sur son environnement à n'importe quel autre des trois milliards de téléphones dispersés dans le monde", souligne ainsi Roy Choudhury, responsable du projet.
Une commercialisation à long terme
Le premier prototype mis au point fonctionne sur les Nokia N95. Les prochaines versions devraient cependant être accessibles à un plus grand nombre de mobiles. Plusieurs améliorations restent cependant à apporter avant d'envisager une commercialisation du logiciel, notamment au niveau de la surveillance de la qualité du contenu agrégé. Autre problème : celui de la protection de la vie privée et des informations personnelles sur les utilisateurs. Chaque information étant tagguée, il est en effet facile de suivre pas à pas les déplacements d'une personne, et de connaître ses centres d'intérêts. Sur ce sujet, Roy Choudhury se montre rassurant : "comme sur les réseaux sociaux, il faudra établir des clauses de confidentialité", explique-t-il. A noter : les chercheurs ne précisent pas si le dispositif sera intégré au téléphone, ou s'il sera disponible au téléchargement. Son prix éventuel n'est pas non plus fourni.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas