Quand le mobile fait le lien entre le conducteur et sa voiture

Par 14 avril 2008 1 commentaire
Mots-clés : Smart city

GST prévoit de développer la télématique automobile, en assurant l'homogénéisation et la mobilité des systèmes de communication. L'objectif étant de maximiser la sécurité de l'automobiliste.

Les appareils d'assistance et de navigation ne doivent pas être intégrés à la voiture mais au mobile. C'est du moins l'objectif du programme européen GST (Global System for Telematics). Ce projet, développé depuis 2007, se fonde sur la R&D télématique destinée à l'automobile. Le but ici est de développer des services de navigation accessibles à tous les européens. Ce, indépendamment du type de véhicule (âge, marque...). L'une des problématiques de l'industrie automobile est en effet la vitesse de développement en électronique : les systèmes intelligents installés dans les voitures sont vites obsolètes alors que ces dernières sont encore relativement jeunes. La priorité est donc la construction de dispositifs indépendants du véhicule qui les embarque, ce que GST appelle "les appareils nomades". "Ces appareils, qui ne sont pas construits et intégrés à la voiture, sont l'une des solutions envisagées face au problème d'obsolescence," explique David Marples, membre du projet.
Transfert de données mobile
"Ce pourrait être un ordinateur portable, un mobile ou encore un système de navigation par satellite comme SatNav qui établirait une connexion entre les différents systèmes électroniques embarqués dans la voiture". Le mobile s'impose pour l'instant comme l'interface idéale pour l'automobiliste, surtout pour des raisons pratiques : les conducteurs ont pour la plupart déjà un mobile et l'habitude de l'avoir partout avec eux. " C'est un appareil indépendant de la voiture et qui est adapté à l'adoption de nouvelles applications", ajoute David Marple. Reste à savoir de quelle façon le téléphone sera relié au véhicule, question toujours en cours de réflexion au sein de GST. Le projet, très théorique pour le moment, prévoit à terme le développement de services de transfert de données plus performants. Parmi les applications envisagées, la sécurité est mise en avant : l'idée est surtout de développer des standards européens de transmission d'information pour les automobiles. L'un des objectifs étant de permettre le transfert d'informations d'un véhicule accidenté aux secours (ambulances, police, hôpital), pour une meilleure coordination.
La sécurité en ligne de mire
Le dispositif prévoit également la communication des informations liées à la sécurité du trajet. Un système d'information en temps réel sur le trafic, la route et les conditions météo, qui assurent de meilleures conditions de route aux automobilistes. La vraie préoccupation reste donc la sécurité des conducteurs. Mais Jean Savary, rédacteur en chef d'Auto Moto, rappelle cependant que ce sont souvent ces appareils nomades qui s'avèrent dangereux pour le chauffeur : "on voit déferler dans l'habitacle nombre de technologies très intéressantes, mais qui peuvent distraire le conducteur. Des études montrent que ce dernier est vite déconcentré par son GPS ou autres systèmes de navigation présents dans sa voiture". Il s'agit donc d'assurer que ces appareils nomades soient compatibles avec une conduite attentive.

Haut de page

1 Commentaire

Du coup, ça peut aussi être pratique pour la moto.
C'est une bonne innovation.

Soumis par Laurent (non vérifié) - le 18 mai 2010 à 12h12

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas