Mobile et NFC ouvrent la TV à l'interactivité communautaire

Par 06 octobre 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

Le projet Wellcom mise sur la création et la gestion d'applications permettant l'interaction entre l'utilisateur et du contenu multimédia, chez lui comme en situation de mobilité. Rencontre avec Bertrand Boidart, ingénieur et chercheur pour Alcatel-Lucent.

L’Atelier : Vous participez au projet Wellcom, qui utilise la NFC pour permettre au consommateur d’interagir avec une émission télévisée. Quelles applications souhaitez-vous développer ?
Bertrand Boidart : Ce projet (*) vise à fournir une expérience communautaire liée à un média broadcasté. Avec le premier prototype, Active TV, le consommateur interagit avec une émission télévisée depuis son téléphone. Le système fonctionne dans des endroits publics comme des bars mais aussi au domicile de la personne. Les informations obtenues sont synchronisées sur le contenu (fiche d’identité d’un artiste…). Il devient possible d’interagir sur le contenu en votant par exemple pour la chanson à venir ou en interrompant celle qui est en cours pour accéder à la suivante. Cela permet de réaliser des achats conceptuels : place de concert ou sonnerie de l’artiste diffusé, etc. Sans oublier le chat, en privé ou en public, en affichant directement le message sur l’écran de la TV.
Comment cela fonctionne-t-il ?
Notre volonté a été de développer un système simple d’utilisation : téléphone qui intègre la NFC, boîtier décodeur. Si le diffuseur propose le service Active TV, l’utilisateur n’a alors plus qu’à approcher son téléphone du boîtier pour télécharger l’application et établir une connexion locale, en Bluetooth ou Wi-Fi.
L’accès sera-t-il gratuit ?
La question du modèle d'affaires est encore à l’étude. Nous ne savons pas encore comment nous proposerons notre service. L’une des options est de vendre notre système à un fournisseur de bloc comme Orange, qui choisira ensuite s’il proposera l’application gratuitement ou sur la base du paiement à la consommation ou au forfait.
Vous parlez d’interactivité entre le contenu et l’utilisateur, donc on peut déjà envisager de nombreuses applications marketing.
Tout à fait. Les annonceurs proposeront au consommateur de profiter de réductions, ou d’accéder à du contenu supplémentaire, voire d’acheter le produit directement. Les chaînes donneront accès à des services de paris depuis leur téléphone, s’ils regardent une émission de courses de chevaux par exemple. En dehors d’Active TV, de nombreuses autres applications sont du coup envisageables. Nous avons ainsi testé la solution Urban Spirit : une chasse au totem dans un centre commercial. Le client badge chaque totem trouvé dans un magasin avec son téléphone. Il peut gagner des jeux, des lots… De telles solutions sont ensuite exportables dans la rue, sur des panneaux publicitaires par exemple.
(*) Eureka ITEA 2
Mathilde Cristiani, envoyé spécial de L'Atelier à Nice

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas