Quand le mobile s'adapte aux malentendants

Par 04 août 2010
Mots-clés : Smart city

Le Fraunhofer propose un système embarqué dans le téléphone et qui permet aux utilisateurs de moduler les fréquences des appels reçus. Une option diminue aussi automatiquement les bruits provoqués par l'environnement.

Pour faciliter l'usage du téléphone portable aux personnes souffrant de problèmes d'audition, l'institut des technologies numériques (IDMT) du Fraunhofer travaille sur un système directement intégré aux combinés. Celui-ci, développé dans le cadre du projet Speech-Improved Telephony, sépare les signaux sonores en plusieurs fréquences que l'individu peut ajuster en fonction de ses besoins. C'est-à-dire profiter d'une communication en augmentant celles qu'il perçoit mal et simultanément baisser d'autres qui le gênent. Techniquement, le dispositif utilise les mêmes algorithmes que les prothèses traditionnelles. Il traite et nettoie les signaux reçus lors d'un appel. Les fréquences, une fois définies, sont modifiables de manière individuelle depuis l'écran de son téléphone.
Décider des fréquences
L'avantage : "chaque malentendant peut intervenir sur la fréquence auditive qu'il perçoit mal", explique Stefan Goetze, ingénieur à l'institut. Un ajustement automatique des paramètres est également disponible. L'application détecte aussi les rumeurs dues à l'environnement et les réduit au niveau sonore minimum. Une option qui s'adresse aussi aux individus sans déficiences auditives, mais qui reçoivent des appels d'environnements bruyants. Reste que selon les chercheurs, près d'un Allemand sur cinq âgé d'au moins 14 ans a aujourd'hui des troubles de l'audition. Problème qui peut avoir un impact dans sa vie professionnelle, où le mobile prend une place de plus en plus importante.
Un système approprié aux environnements bruyants
Notamment pour des communications en voix sur IP, où la qualité du son n'est pas toujours très performante et les échos importants. Ce qui empêche de seulement augmenter le volume, puisque le bruit ambiant s'en retrouve lui aussi amplifié. "Le système est pour le moment testé sous forme d'application sur smartphone et iPod Touch, mais aussi pour des programmes de vidéoconférence", ajoute l'ingénieur. Le projet Speech-Improved Telephony est parrainé par le ministère fédéral de l'économie et des technologies.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas