Mobiles et réalité augmentée améliorent les systèmes de surveillance

Par 09 septembre 2009
Mots-clés : Smart city, Europe

Des appareils mobiles en réseau renforcent la sécurité des établissements. Ils permettent d'interagir avec les dispositifs de sécurité et le personnel afin de mieux maîtriser les opérations de terrain.

Place aux agents de sécurité nouvelle génération. Le projet CAMPUS a défini une plateforme de mobilité contextuelle pour services d’urgences, qui équipe des employés de terrain de terminaux mobiles pour des interventions plus efficaces. Développé par les sociétés Appear et KTH en Suède, et Page Up en France, ce terminal mobile exploite différents types de réseau sans fil – réseaux mobiles 3G+, TETRA, Wi-Fi ou RFID –, pour une meilleure prise en compte des systèmes de sécurité d’un établissement. Tout ceci en temps réel, en combinant géolocalisation, vidéosurveillance et réalité augmentée. « Jusque là, la seule technologie mobile pour agents de terrains se limitait aux talkies-walkies, rappelle Xavier Aubry, PDG d’Appear Networks. « Les informations concernant un incident technique n’étaient pas toujours complètes et l’accès aux données manquait parfois cruellement de réactivité ».
 Géolocalisation et réalité augmentée
 Cette solution est basée sur des boîtiers de commandes portatifs semblables à des smartphones, en liaison avec un centre de commandes et de communication centralisant toutes les informations provenant de systèmes de capteurs et de caméras de vidéosurveillance.  Le réseau sans fil couvre des espaces  intérieurs, extérieurs, ou encore en sous-sols. L’appareil mobile est également doté d’applications de réalité augmentée : à l’aide d’une caméra standard intégrée, il capture et répertorie des images, ensuite superposées à un modèle virtuel en 3D de l’environnement surveillé qui comporte des informations complémentaires. Cette espace de réalité augmentée combine des techniques de localisation GPS, GSM et Wi-Fi. Un agent de terrain est alors capable de se situer en temps réel dans un environnement précis, notamment au travers d’une carte virtuelle. « Un contrôle plus rapide des capteurs de détection et la possibilité de localiser ses collègues à tout moment permettent des interventions mieux organisées et plus rapides, ainsi que moins de fausses alertes».
« Agir vite »
Selon Xavier Aubry, c’est un gain d’autonomie important pour les employés de terrain qui doivent agir vite, sans avoir systématiquement recours aux vérifications d’un quartier général. « Appeler un collègue pour se situer et vérifier les conditions d’un incident peut prendre trop de temps et interférer sur une intervention capitale ». Le système mobile est destiné à des sociétés et industries disposant de personnel de maintenance : les entreprises de surveillance privée, de transports en commun (RATP), les aéroports, les services de police ou encore les centrales nucléaires. Un test pilote a été effectué cette année auprès de la police de Rotterdam où les officiers ont pu disposer de flux de vidéosurveillance sur appareil mobile. Le projet CAMPUS a été récompensé du label EUROSTAR en 2009.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas