La mobilité au secours des consommateurs endettés

Par 25 mai 2012
Mots-clés : Smart city, Amériques
homme tenant des cartes de crédit

ReadyForZero est une start-up de services financiers qui propose un tableau de plan de réduction de l'endettement. La mobilité est un aspect important de leur solution, qui permet à l'utilisateur d'avoir une vision globale de leurs dépenses, en permanence.

 

L'augmentation du nombre de services financiers en ligne a amené les startups à créer des produits de niche. Dans notre économie, la gestion de l'endettement est un terrain particulièrement fertile, comme le démontre l'accueil chaleureux réservé à ReadyForZero. Cette start-up basée à San Francisco a centré sa mission sur l'aide au remboursement de cartes de crédit, prêts, etc. avec un service qui gère les comptes, crée des plans de remboursement et envoie des rappels. Elle s'est ainsi positionnée entre l'application financière généraliste Mint et le système extrêmement spécifique de récompenses associées aux prêts étudiants, SmarterBucks.

Une application mobile pour des rappels réguliers

Avant d’avoir une application mobile, ReadyForZero avait développé un système d’autocollants pour carte de crédit. Les utilisateurs peuvent coller un autocollant sur la carte de crédit qu'ils veulent rembourser, une forte incitation à surveiller ses dépenses.ReadyForZero a étendu son service à une appli mobile en ligne conforme à son objectif de rappeler régulièrement aux utilisateurs leur responsabilité. Comme le site Web, l'application présente la progression, les payements et les comptes du membre. Cette présence mobile facilite à chacun l'utilisation du service en accompagnant le consommateur dans ses achats et dépenses tout au long de la journée. Cela dit, l’application mobile s’adresse notamment aux étudiants, particulièrement friands de cette plate-forme.

Une vision globale des dépenses

Le service, l'application et les autocollants contribuent à un seul objectif : amener les membres de ReadyForZero à considérer les choses dans leur ensemble. Les personnes endettées peuvent facilement déplacer un curseur pour modifier leur remboursement mensuel et voir ainsi l'impact sur le montant en intérêts qu'ils devront payer, un montant que les interfaces des sites Web des banques ne montrent généralement pas. Le fait de voir, par exemple, qu'un payement de seulement 40 $ par mois peut leur faire gagner 2000 $ sur le montant total en fin de crédit est un stimulant immédiat. Les institutions financières pourraient-elles s’inspirer de ce modèle pour gagner en traffic et en fidélité ? 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas