La mobilité simplifie les examens de santé

Par 18 octobre 2007
Mots-clés : Smart city

Un électroencéphalographe sans-fil et portable permettra aux patients de réaliser des examens de leur cerveau en toute simplicité. Le système fonctionne avec la chaleur du crâne et envoie les données par ondes radio.

(cliquez pour agrandir)
Les examens du cerveau s’affranchissent des systèmes traditionnels. Un électroencéphalographe (EEG) sans-fil et portable devrait en effet permettre de réaliser des analyses sans dépendre des lourdes infrastructures habituelles. Développé par le centre belge de recherches en nanoélectronique IMEC, il s’intégre à un bandeau, et est alimenté via un générateur thermo-électrique. Ce qui signifie qu’il utilise la chaleur dégagée par le front du patient pour fonctionner et ne nécessite plus aucune batterie. Une minute seulement suffit à le rendre opérationnel. Selon l’IMEC, il devrait permettre d’améliorer la qualité de vie et l’autonomie des patients dépendant de ce genre d’examens, en simplifiant la détection d’éventuels déséquilibres entre les deux hémisphères du cerveau ou de traumas crâniens.
Une consommation minime d’énergie
Pour fonctionner, le dispositif utilise une technologie propriétaire de l’IMEC baptisée ASIC et qui permet d’extraire les signaux EEG en consommant le minimum d’énergie. Les données extraites sont ensuite encodées avant d’être envoyées vers un ordinateur via des ondes radio à 2,4 GHz. L’ensemble du procédé ne consomme que 0,8 mW. Le générateur thermo-électrique, pour sa part, peut générer jusqu’à 2,5 mW. Selon l’IMEC, la circulation d’une source d’énergie plus élevée causerait au patient une désagréable sensation de froid.
 
Améliorer les services de santé actuels par la technologie
 
Dans l’avenir, les chercheurs travailleront à diminuer toujours plus la consommation d’énergie des différents composants du dispositif, notamment la radio. Ils développent également un procédé permettant de réaliser des thermopiles à grande échelle. Ce, afin de diminuer les coûts de fabrication. Le système EEG s’intègre au programme de recherche Human++ mené par l’IMEC. Celui-ci vise à développer des technologies telles que des batteries ou des capteurs capables d’améliorer les appareils de cure ou de diagnostic actuels.
 
A ce sujet lire aussi : 

L’informatique répare artificiellement la vue (17/10/2007)/div>
Le corps humain est une petite centrale électrique (20/08/2007)
Des électrodes s’invitent dans le cerveau pour prévenir l’épilepsie (09/08/2007) 

L’Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas